Interdiction du foie gras à New York : "On est persuadé que c'est illégal", affirme une représentante de la filière

Selon Ariane Daguin, ambassadrice du foie gras aux États-Unis, le conseil municipal de New York, qui a pris la décision d'interdire la commercialisation de ce met, n'est pas compétent pour juger de la condition animale.

Ariane Daguin, directrice de l’entreprise D’Artagnan, à New York, le 6 octobre 2016.
Ariane Daguin, directrice de l’entreprise D’Artagnan, à New York, le 6 octobre 2016. (ROB KIM / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

C’est un symbole français qui est visé, selon les professionnels du foie gras : la ville de New York, aux États-Unis, a décidé d’interdire la commercialisation du produit, à partir de 2022. "On va poursuivre en justice", a réagi vendredi 1er novembre sur franceinfo Ariane Daguin, ambassadrice du foie gras aux États-Unis, directrice de l’entreprise D’Artagnan. Cette interdiction a été votée par le conseil municipal de New York et doit encore être ratifiée par le maire de la ville. Elle va toucher des centaines de restaurateurs, et plusieurs producteurs.

franceinfo : Est-ce que cette décision est un coup dur ?

Ariane Daguin : Oui, bien sûr, d'autant plus que c'est un acte injuste. On est persuadé qu'il est illégal, donc on va se battre, on va les poursuivre en justice pour renverser ça. C'est un conseil municipal qui a pris la décision. Il n'est pas compétent pour juger de la condition animale.

Comment s'est passée votre audition par le conseil municipal ?

On a invité les élus un par un à visiter les deux fermes à deux heures de New York pour qu'ils voient d'eux-mêmes. Pas un seul n'est venu, depuis la première audition qui a eu lieu en juin. Lors de la première audition, nous avons eu le droit à trois fois deux minutes alors qu'une association de défense des animaux a eu droit à une demi-heure. Trois ou quatre conseillers municipaux portaient un t-shirt "pas de foie gras". Donc l'affaire était entendue, avec qu'on ne discute.

Qu'en est-il du bien-être animal ? Que répondez-vous à ceux qui disent que les canards souffrent ?

Cela fait 35 ans qu'on est aux États-Unis et qu'on se spécialise dans des animaux bien élevés. Notre mission est de donner aux restaurateurs et aux chefs à la maison la meilleure viande possible. Pour cela, il faut élever des animaux avec beaucoup d'espace, sans antibiotique, médicament, sans hormone de croissance et surtout sans stress. Je fais ça avec tous les animaux et avec les canards je fais très attention. Le néophyte qui voit la photo de l'entonnoir se dit que ça doit faire mal. Le canard a un œsophage insensible et se gave tout seul, comme les oies, avant la migration. L'homme n'a fait que reproduire cet acte-là.