Attaque à Las Vegas: "Jusqu'ici, ce qui a été revendiqué a toujours eu un lien" avec le groupe État islamique

Alors que le groupe Etat islamique a renvendiqué l'attaque à Las Vegas qui a fait plus de 50 morts, le journaliste à France 24, Wassim Nasr, rappelle que "parfois le lien entre l’auteur des faits et l’organisation peut être distendu".

Des policiers après l\'attaque à Las Vegas, le 2 octobre 2017.
Des policiers après l'attaque à Las Vegas, le 2 octobre 2017. (ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Après l'attaque de Las Vegas qui a fait au moins 58 morts, le groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué l'action via son agence de communication. Aucun élément ne permet pour le moment d'étayer cette revendication. "Le lien entre l’auteur de l’acte et l’organisation peut être distendu" , explique Wassim Nasr, journaliste à France 24 et auteur de Etat islamique, le fait accompli (Plon). Selon lui, "une revendication farfelue serait une première".

>>> Fusillade à Las Vegas : il n'y a "jusqu'à présent" pas de lien établi entre le tireur et l'Etat islamique, selon le FBI

franceinfo : Comment être certain qu'une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique est bien l'oeuvre de cette organisation ?

Wassim Nasr : Ils ont toujours revendiqué ce qu'ils ont commis. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'il n'y a pas besoin d'un vrai lien organisationnel, avec des donneurs d'ordre ou une organisation logistique. 

Il suffit qu'une personne soit 'inspirée' par les appels à commettre des attentats.Wassim Nasr, journaliste à France 24à franceinfo

Un nouveau message d’Abou Bakr al Baghdadi (chef du groupe Etat islamique) a d'ailleurs été lancé il y a quelques jours pour appeler à commettre de plus en plus d'attentats. Pour Las Vegas, si c'est une revendication farfelue, ce serait une première. Mais il est vrai que le suicide du tireur ne colle pas du tout au mode opératoire djihadiste.

Il y a donc toujours un lien ?

Parfois le lien entre l’auteur des faits et l’organisation peut être distendu. Il ne faut pas non plus regarder seulement la Syrie et l’Irak. A Manchester le poseur de bombe avait des liens avec la Libye. C'est une toile d'araignée assez distendue. L’EI a réussi à faire ce qu’Al Qaeda rêvait de faire, motiver des gens à agir en son nom dans leur pays d'origine ou de résidence. En tous cas, les enquêtes jusqu’à aujourd’hui ont toujours prouvé que ce qui a été revendiqué a toujours un lien avec le groupe, même distendu.

Il y a comme une forme de fatalité à subir ce genre d'acte ?

Une attaque avec une arme blanche ou une voiture, c'est très dur à détecter. Il faut comprendre qu’il y a plusieurs types d'attaques. Il faut aussi imaginer que les terroristes se sont rendus compte qu'en formant une cellule ou en achetant des armes ils sont souvent arrêtés. Donc ils ont recours à des modes opératoires indétectables.