Etats-Unis : pas d'inculpation pour le policier qui a tué un enfant portant un pistolet jouet

La scène, survenue le 22 novembre 2014, avait été filmée par une caméra de surveillance : deux policiers en patrouille étaient intervenus dans un square de Cleveland.

Photo de Tamir Rice, le garçon de 12 ans tué le 22 novembre 2014 à Cleveland (Etats-Unis), par un policier alors qu\'il brandissait une arme jouet.
Photo de Tamir Rice, le garçon de 12 ans tué le 22 novembre 2014 à Cleveland (Etats-Unis), par un policier alors qu'il brandissait une arme jouet. (ICHARDSON & KUCHARSKI CO. LPA / AFP)

"Le grand jury a décidé de ne pas retenir de charges pénales." Le procureur en charge du dossier a annoncé, lundi 28 décembre, que les autorités américaines ne poursuivront pas en justice un policier blanc qui avait abattu, le 22 novembre 2014, un garçon de 12 ans qui  brandissait un jouet représentant un pistolet.

Ce jour, là, scène avait été filmée par une caméra de surveillance : deux policiers en patrouille étaient intervenus dans un square de Cleveland, alertés par un appel faisant état d'une personne armée sur place. L'un des deux agents avait très vite ouvert le feu, tuant le jeune Tamir Rice de deux balles dans l'abdomen.

Cette affaire avait ravivé l'indignation de nombreux Américains qui manifestaient depuis plusieurs semaines contre l'impunité dont bénéficiaient, selon eux, certains policiers blancs impliqués dans la mort de Noirs.

Le bureau du procureur avait conclu, un an après, que la décision du policier de tirer était justifiée car Tamir Rice pouvait être considéré comme une menace. Le grand jury s'est donc rangé à cet avis.

"Conjonction d'erreurs humaines, de méprises"

"En bref, en prenant en compte cette conjonction d'erreurs humaines, de méprises et les communications échangées, les preuves ne mettent pas en évidence de faute pénale de la police", a assuré le procureur.

Pour les avocats de la famille Rice, cette décision n'est pas étonnante : "La famille de Tamir est triste et déçue, mais elle n'est pas surprise. Depuis des mois il était clair que le procureur du comté de Cuyahoga, trompait et manipulait le processus de grand jury afin d'orchestrer un vote contre l'inculpation."