Etats-Unis : "Le combat recommence encore", des manifestations quotidiennes pour et contre l'avortement devant la Cour suprême

Depuis les fuites dans la presse qui laissent entendre que la majorité conservatrice de la Cour suprême américaine pourrait suspendre le droit à l'avortement, les militants "pro-vie" et "pro-choix" manifestent chaque jour devant le bâtiment. 

Article rédigé par
Sébastien Paour, édité par Simon Soubieux - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les militants "pro-choix" ou "pro-vie" manifestent chaque jour devant la Cour suprême américaine. (SEBASTIEN PAOUR / FRANCEINFO)

"Le combat recommence encore". Chérie a avorté en 1973, l'année de la mise en place de l'arrêt Roe contre Wade qui garantit le droit des femmes à l'Interruption volontaire de grossesse aux Etats-Unis. Comme plusieurs autres militants "pro-choix", elle a décidé de venir manifester chaque jour devant la Cour suprême américaine. 

>> Etats-Unis : on vous explique pourquoi le droit constitutionnel à l'avortement pourrait bientôt être renversé par la Cour suprême

Des fuites dans la presse du pays laissent effectivement entendre depuis plusieurs jours que les neuf juges à majorité conservatrice de la Cour suprême pourraient suspendre l'arrêté avant l'été. 

Chérie, à l'époque de son avortement, avait 19 ans et était ballerine dans l'Utah. Elle ne pouvait pas garder un enfant et poursuivre sa carrière de danseuse. Devant le bâtiment, elle montre son tee-shirt du Planning familial qui l'a aidée à l'époque à trouver un médecin : "J'ai eu la chance d'avoir les moyens d'aller en Californie et de subir cette intervention que je ne regrette pas", raconte-t-elle.

"C'est juste que ça m'énerve. Si vous ne voulez pas avorter, alors ne le faites pas ! C'est dur pour moi d'accepter qu'après toutes ces années, nous en soyons revenus là ou on a commencé.

Le droit à l'avortement défendu par les Américains 

Louis a l'âge que Chérie avait au moment de son avortement. Il porte un tee-shirt "Les étudiants pour la vie" et a aussi décidé de venir manifester devant la Cour Suprême pour dire "non" à l'avortement. En distribuant des tracts aux passants, il s'explique : "Il a fallu plus de 100 ans avant que l'esclavage ne soit aboli. Dans 100 ans, peut-être qu'il n'y aura plus personne qui dira qu'il est pour l'avortement. Nous voulons rendre l'avortement non seulement illégal, mais aussi impensable."

"L'avortement ne devrait pas être une question politique."

Celeste, venue manifester pour le droit à l'avortement

à franceinfo

Un peu à l'écart des haut-parleurs, Céleste et Peter, couple de retraités, est venu manifester pour le droit à l'avortement. Selon eux, l'avortement ne devrait être qu'une question de santé publique. "C'est une question de choix personnel d'avorter ou non. Renverser 'Roe contre Wade' serait non seulement un recul pour toutes les femmes, mais aussi pour tous les Américains", estime Peter. 

Les sondages montrent depuis des années qu'une majorité d'Américains soutiennent le droit à l'avortement, mais la moitié des Etats sont déjà prêts à l'interdire si la Cour suprême annule l'arrêt de 1973.

La bataille pour le droit à l'avortement : reportage à Washington de Sébastien Paour
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.