Etats-Unis : la tempête Nicholas devient ouragan et se dirige vers Houston

L'ouragan Nicholas a touché terre au Texas mardi, a annoncé le Centre national des ouragans (NHC).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes surfent devant la tempête tropicale Nicholas le 13 septembre 2021 à Galveston, au Texas (Etats-Unis). (BRANDON BELL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Danger à venir. La tempête tropicale Nicholas s'est transformée en ouragan dans le golfe du Mexique et a touché terre au Texas (Etats-Unis), a annoncé mardi 14 septembre le Centre national des ouragans (NHC). Il a atterri le long des côtes du Texas vers 05 heures 30 GMT (7 heures 30, heure française), accompagné de vents soufflant à 120 kilomètres par heure, a déclaré le NHC dans son dernier bulletin. Il se dirige vers la ville de Houston avec "de grosses pluies, des vents forts et des perturbations orageuses vers les côtes centrale et septentrionale du Texas", a ajouté le NHC. Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a demandé aux habitants de tenir compte des mises en garde des autorités locales.

Jusqu'à 50 centimètres de pluie attendus

"Nous attendons de fortes pluies ce soir et demain. Je vous encourage vivement à ne pas prendre la route", a exhorté Sylvester Turner, le maire de Houston, métropole encore marquée par le dévastateur ouragan Harvey en 2017. Lundi soir, plusieurs routes des comtés de Matagorda et de Lavaca, à environ 1 heure 30 de route de Houston, avaient été fermées à cause d'inondations.

Les établissements scolaires de la zone de Houston seront fermés mardi tandis que les activités scolaires devant avoir lieu le lundi après-midi ont été annulées. Jusqu'à 50 centimètres de pluie pourraient tomber sur le sud-est du Texas, ont mis en garde les services météorologiques. La tempête Nicholas devrait faiblir à partir de mardi, tout en continuant sa route vers le nord-est.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.