États-Unis : la puissance américaine fragilisée en 2020

En quelques mois, l’épidémie de coronavirus a ébranlé les États-Unis. Retour sur une année de désunion, qui a mis à jour toutes les fractures du pays.

FRANCE 2

Aux États-Unis, l’épidémie de coronavirus a fait plus de 320 000 morts et mis le pays à l’arrêt. New York, la ville qui ne dort jamais, est pourtant plongée depuis des mois dans un sommeil dont elle tarde à se réveiller. De même, Las Vegas, temple de la démesure et de la luxure, est devenue étrangement sage et silencieuse. En 2020, la toute-puissance américaine a été ébranlée. En mars, l’Asie et l’Europe sont touchées par l’épidémie, mais le président, Donald Trump, balaie la menace de ce "virus chinois", comme il l’appelle. "Le virus n’a aucune chance contre nous. Aucune nation au monde n’est plus préparée que les États-Unis", assure-t-il alors.

20 millions d’emplois liquidés

Deux mois et 100 000 morts plus tard, à New York, les soignants se prennent en photo vêtus de sacs-poubelles. Des fosses communes sont improvisées au large du Bronx et des morgues sont montées à la hâte par l’armée. Le président de la première puissance mondiale participe désormais à la recherche, à sa façon. "Peut-être qu’on peut faire une injection de désinfectant, comme un nettoyage", avance-t-il face à la presse américaine, incrédule.

En mai, le chômage frôle les 15 %, un taux historique, et 20 millions d’emplois sont liquidés. Les Américains font la queue pour obtenir l’assurance chômage et des colis alimentaires. Les bons résultats économiques, qui promettaient à Donald Trump une réélection sans surprise, ont été pulvérisés. La mort d’un homme noir, George Floyd, tué lors de son interpellation par des policiers blancs, fin mai à Minneapolis, achève de faire exploser au grand jour toutes les fractures de l’Amérique.

Le JT
Les autres sujets du JT
États-Unis : la puissance américaine fragilisée en 2020
États-Unis : la puissance américaine fragilisée en 2020 (FRANCE 2)