Etats-Unis : la Maison Blanche condamne une décision de justice "catastrophique" en Arizona sur l'avortement

Cette décision d'un juge du comté de Pima a fait table rase de tous les textes sur l'IVG depuis 1973, renvoyant l'Etat plus d'un siècle en arrière.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestantes pro-avortement, le 4 juillet 2022 à Tucson, en Arizona (Etats-Unis). (SANDY HUFFAKER / AFP)

La Maison Blanche a condamné, samedi 24 septembre, "les conséquences potentiellement catastrophiques, dangereuses et inacceptables" d'une décision d'une juge de l'Arizona sur l'avortement"Si cette décision se confirme, le personnel de santé risquera jusqu'à cinq ans de prison s'il remplit son devoir de soin ; des personnes ayant survécu au viol et à l'inceste seraient forcées de porter les enfants de leurs agresseurs ; et des femmes enceintes ayant des problèmes de santé seraient confrontées à des risques terribles", a assuré Karine Jean-Pierre, la porte-parole du président Joe Biden, dans un communiqué.

Une juge du comté de Pima en Arizona, un Etat très disputé politiquement et jouant un rôle majeur dans la campagne pour les élections de mi-mandat en novembre, a rendu vendredi une décision qui fait beaucoup de bruit. Elle a estimé que la très conservatrice Cour suprême, en dynamitant fin juin le droit à l'avortement que sa jurisprudence garantissait depuis 1973 sur tout le territoire américain, avait fait table rase de tous les textes ayant trait à l'IVG depuis cette date en Arizona.

Cela renvoie l'Etat, selon plusieurs médias américains, à des textes extrêmement restrictifs datant de 1864 et 1901 – soit avant que les Américaines n'aient obtenu le droit de vote et avant même que cet Etat de l'ouest du pays n'ait officiellement rejoint les Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.