États-Unis : l'immense fortune des baby-boomers, un trésor à repartager

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
États-Unis : l'immense fortune des baby-boomers, un trésor à repartager
France 2
Article rédigé par
L.de La Mornais, T.Donzel, J.Poissonnier - France 2
France Télévisions

Des milliards de dollars se trouvent sur les comptes des seniors américains, qui ont eu la chance de faire carrière durant une époque bénie. Ces anciens baby-boomers en ont conscience, et veulent transmettre une partie de leur argent aux nouvelles générations. 

Sur les hauteurs de Salt Lake City (États-Unis), la majestueuse demeure de 800 mètres carrés du fondateur de Bridge Property Management, Rich Stayner, fait face aux montagnes de l'Utah. S'il a commencé sa carrière avec 5 000 dollars de dettes, il est désormais, à 60 ans, un parfait représentant du rêve américain. Sa fortune, acquise dans l'immobilier, se chiffre en centaines de millions de dollars. "J'ai eu la chance de sortir directement du lycée et d'entrer dans l'industrie de l'immobilier", explique-t-il, puis de "connaitre trois grands cycles de croissance du marché". Comment utiliser cet argent ? "Il y a sept ans, on s'est dit avec ma femme : 'on a plus d'argent qu'on ne pourra jamais en dépenser, l'avenir de nos enfants est assuré, que devons-nous faire ?'". Un peu "perdu" à ce moment, Rich Stayner souhaite aujourd'hui "transmettre" sa chance. 

L'ambition philanthropique 

Aux Etats-Unis, la génération des baby-boomers détient 60 000 milliards de dollars. Celle des milleniums, âgés d'une quarantaine d'années aujourd'hui, n'en détient que 5 000, soit 12 fois mois. "Ce à quoi on assiste, c'est tout simplement le plus grand transfert d'argent de l'histoire de l'humanité", analyse l'avocat en droit fiscal et immobilier David York. Aux Etats-Unis comme en Europe, les boomers de la classe moyenne et supérieure transmettront dans un premier temps un bel héritage a leurs enfants. D'autres se tournent vers la philanthropie. 

Kevin Mitchell, gestionnaire de patrimoine familial, gère la fortune de son beau-père. "Ce qui l'intéresse, c'est l'humain, et comment on peut éduquer la prochaine génération", explique ce dernier. En maximisant les profits de la famille, Kevin Mitchell finance à la fois le parc immobilier qui reviendra à la famille, ainsi qu'un fonds caritatif. Au total, la famille redistribue son argent à des centaines d'associations. "Il faut laisser suffisamment à ses enfants pour qu'ils fassent ce qu'ils veulent, mais pas assez pour qu'ils ne fassent rien", disait le richissime homme d'affaires Warren Buffett. L'avenir dira ce que les nouvelles générations sauront faire du fabuleux trésor des baby-boomers. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.