États-Unis : en Californie, des détenus formés à devenir des plongeurs d'élite

Publié Mis à jour
États-Unis : en Californie, des détenus formés à devenir des plongeurs d'élite
France 2
Article rédigé par
L.de la Mornais, F.Fougère, C.Mattout, J.Poissonnier - France 2
France Télévisions

Dans la prison de Chino en Californie, des détenus ont accès à une formation unique au monde. Certains prisonniers en fin de peine apprennent en effet un métier des plus dangereux, celui de plongeur "grande profondeur", destiné à intervenir notamment sur les plateformes pétrolières.  

Dans la prison de Chino, en Californie (États-Unis), une petite enclave aux allures de camp militaire est surnommée "The Island". Sous l'eau, Victor termine une plongée d'entraînement. Lui et ses collègues sont tous des prisonniers en formation. "J'ai été incarcéré à plusieurs reprises, et je n'ai jamais eu une opportunité pareille auparavant. Quand j'ai découvert ce programme, c'était pour moi l'occasion de changer de vie", confie ce dernier.

L'école de plongée de la prison de Chino existe depuis les années 1970. Elle forme des détenus au métier de plongeur "grande profondeur", dont l'industrie pétrolière a besoin. Une profession dangereuse et technique, mais très recherchée et bien payée. Chaque prisonnier en fin de peine, qui s'est bien comporté, peut candidater.    

Un entraînement difficile et une école de vie   

L'entraînement est néanmoins très dur. L'un des détenus confie "avoir pensé à tout abandonner". Les prisonniers sont encadrés par d'anciens militaires, comme Pete Ballery, instructeur de plongée de l’US Navy. "Le taux d'abandon est de 85%. Beaucoup de gars arrivent et ne peuvent pas encaisser ça, cette discipline stricte. Les premières semaines sont vraiment dures", rapporte-t-il. Le régime a profondément changé Robert, qui est incarcéré depuis 20 ans. "Notre instructeur nous dit qu'ici, c'est avant tout une école d'hommes. On apprend à être responsable, à être intégré, à devenir quelqu'un de bien", explique-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.