«Earth crisis» de Shepard Fairey, un graphisme pop et militant

En 2016 est sorti le livre-événement «Earth Crisis» de l’artiste américain Shepard Fairey, alias Obey, sur la protection de l’environnement et les dangers liés au changement climatique. Si vous cherchez encore une idée de cadeau utile et beau pour Noël, voici un ouvrage, alliant qualité graphique et combat militant, qui saura vous contenter.


Shepard Fairey est devenu mondialement connu du grand public, suite à la réalisation en 2008 de «Hope», un portait de Barack Obama aux couleurs de l’Amérique, alors en course à l'élection présidentielle.
 
En novembre 2015, Shepard Fairey a participé à la Conférence de Paris sur le climat (COP21) en installant «Earth Crisis», un globe terrestre monumental sous la Tour Eiffel.
 
«Plus de 95% des scientifiques sont convaincus que le changement climatique est une réalité et qu’il constitue une menace alarmante pour la planète; pourtant nous faisons beaucoup moins pour lutter contre le réchauffement climatique que contre le terrorisme. Je m’inquiète pour l’avenir de la planète, et mon œuvre Earth Crisis exprime mon désarroi quant à la manière dont nous traitons la Terre. Mon positionnement politique concernant l’écologie est directement lié à mon inquiétude pour la qualité de vie des générations futures» déclare-t-il.
 
Illustrateur, graphiste, street artiste… son travail concentre de multiples influences, d’Alexander Rodtchenko, l'un des fondateurs du Constructivisme russe au Pop art d’Andy Warhol. Détournant les codes visuels de la propagande politique ou de la publicité avec ironie, il est avec l’anglais Banksy, l’un des plus grands street artiste contemporain.
 
«Je diffuse des messages sociopolitiques et écologistes au moyen de l’art depuis mes années étudiantes, à la charnière des décennies 80 et 90. (…) Au fil des ans, j’ai développé, six approches qui me permettent de toucher les gens par le biais de l’art.»

Géopolis vous propose de découvrir 12 images extraites des 6 chapitres qui composent ce livre : Partir de l’extérieur pour aller vers l’intérieur ; Rendre visible l’invisible ; Parvenir à la racine, puis l’extraire ; L’art ne peut choisir entre l’évocation et la provocation, il doit combiner les deux ; Parfois l’arme la plus puissante contre la propagande est l’absurdité ; Mettre en avant des produits, pas seulement des promesses.

                                                     A1vIszQ.jpg hosted at imgserv.com. the free image hosting service.
                                          Couverture du livre «Earth crisis» (Editions Albin Michel)
                                                          © Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)

110
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
210
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
310
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
410
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
510
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
610
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
710
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
810
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
910
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)
1010
Shepard Fairey (Albin Michel, 2016)