Cet article date de plus de six ans.

Etats-Unis : Donald Trump signe un nouveau décret migratoire qui ne concerne plus l'Irak

Un juge fédéral avait suspendu, début février, l'application du premier texte, estimant que le gouvernement n'avait pas démontré l'imminence de graves atteintes à la sécurité nationale.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Donald Trump signe un décret, le 23 janvier 2017 à la Maison Blanche (Washington DC). (SAUL LOEB / AFP)

Décret migratoire, épisode 2. Donald Trump a signé, lundi 6 mars, une nouvelle mouture de son très contesté décret anti-immigration, qui limite drastiquement les possibilités de voyages aux Etats-Unis pour les ressortissants de six pays majoritairement musulmans.

L'Irak, qui était concernée par la première version du texte, est cette fois exempté, à la différence du Soudan, de la Syrie, de l'Iran, de la Libye, de la Somalie et du Yémen. Les détenteurs de "cartes vertes" et de visas sont par ailleurs explicitement protégés et pourront continuer à se rendre aux Etats-Unis, a assuré le gouvernement américain.

L'accueil des réfugiés suspendu pour 120 jours

Le décret prendra effet le 16 mars, pour 90 jours, selon des documents publiés lundi par le département de la Sécurité intérieure. La suspension de l'accueil des réfugiés est également actée, pour 120 jours. Mais ceux dont le voyage aux Etats-Unis était déjà programmé auront le droit de venir.

Le premier décret de Donald Trump, signé une semaine après son arrivée au pouvoir, avait créé un tollé mondial. Ce document étant accusé de discrimination envers les musulmans, et donc potentiellement anticonstitutionnelles. La nouvelle version doit permettre de passer l'obstacle de la justice, qui avait suspendu l'application du texte initial le 3 février.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.