CARTE. Les pays les moins bien classés dans la lutte contre l'esclavage

Les Etats-Unis ont publié leur rapport annuel sur le trafic d'êtres humains dans le monde. Francetv info dresse une carte des 23 pays qui ne font pas suffisamment d'efforts pour lutter contre ce crime. 

L'esclavage existe toujours. Vingt millions de personnes en seraient victimes dans le monde, selon le rapport annuel du département d'Etat américain, publié le lundi 27 juillet. "L’argent peut acheter beaucoup de choses, mais il ne devrait jamais permettre d'acheter un être humain", prévient John Kerry, le secrétaire d'Etat, dans les premières pages du document qui se penche sur la situation de 188 pays. L’esclavage représente 136 milliards d’euros de bénéfices par an, dont près de 90 milliards pour l’industrie du sexe. Une priorité pour Barack Obama.

Pour lutter contre la traite des humains, Washington n'hésite pas à pointer du doigt les pays qui ne respectent pas la loi sur la protection des victimes de trafic. Il s'agit du "Victims of Trafficking and Violence Protection Act" (lien en PDF), un traité international datant de 2000. Le document définit l'esclavagisme moderne et détaille les grandes orientations à suivre pour endiguer ce fléau dans le monde.

La Russie en bas de classement

Le rapport (PDF en anglais) regroupe ainsi les pays en trois catégories principales : ceux qui se conforment à la loi, ceux qui doivent encore faire des efforts et, enfin, ceux qui ne respectent pas les normes minimales. Sans surprise, la plupart des pays occidentaux sont bien classés. Sauf un : la Biélorussie. Le pays ne cesse de dégringoler dans le classement annuel depuis 2008, rapporte La Tribune de Genève. "La Biélorussie est une source, un pays de transit et une destination pour les hommes, femmes et enfants victimes des filières d'exploitation sexuelle et du travail forcé", souligne le rapport.  

Au total, 23 pays sont accusés de ne pas respecter les normes minimales de la législation sur la protection des victimes de trafic. La Russie, la Biélorussie et la Thaïlande font partie des pays qui, selon les Etats-Unis, ne luttent pas assez contre l'esclavage. "Le gouvernement [russe] fait peu de progrès pour protéger les victimes. Une majorité des travailleurs étrangers victimes de trafic n'est pas détectée par le système de protection des victimes", précise le rapport. 

Mais les conclusions de cette enquête font débat. L'ONG "Alliance to End Slavery" (l’Alliance pour en finir avec l’esclavage) estime que Washington adapte ses conclusions sur cette question en fonction des relations qu'il entretient avec les autres pays.