"La dynamique même du jihadisme international existait bien avant le 11-Septembre", analyse un spécialiste du terrorisme

Hugo Micheron rappelle notamment que ces attentats "ont été en partie organisés en Europe, via la cellule de Hambourg et des réseaux de soutien logistique à Madrid et à Copenhague".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
De la fumée s'échappe au-dessus de New York après le crash de deux avions détournés contre les tours jumelles du World Trade Center. Photo prise le 12 septembre 2001. (TIMOTHY A. CLARY / AFP)

"La dynamique même du jihadisme international existait bien avant le 11-Septembre", analyse Hugo Micheron, spécialiste du terrorisme, chercheur au département des études proches-orientales à l’université de Princeton, sur franceinfo vendredi 10 septembre, à la veille des 20 ans des attentats

franceinfo : Qu'est-ce qui a changé depuis le 11-Septembre ?

Hugo Micheron : C'est certainement un monde qui a pris forme. Celui d'un retour de la puissance américaine aux affaires au Moyen-Orient, notamment. Avec des interventions qui ont eu des conséquences dramatiques pour la société irakienne et pour l'ordre global de manière générale. En même temps ça n'a pas changé, puisque la dynamique même du jihadisme international existait bien avant le 11-Septembre. Il y a une prise de conscience, mais le monde n'a pas été inventé. Quand on regarde la situation européenne par exemple, il y avait du jihadisme en Europe. Alors, à toute petite échelle, mais malgré tout, les attentats du 11-Septembre ont été en partie organisés en Europe, via la cellule de Hambourg et des réseaux de soutien logistique à Madrid et à Copenhague (…) Il y avait déjà cet embryon d'une dynamique jihadiste européenne.

Est-ce qu'il y a un lien entre le 13-Novembre et le 11-Septembre ?

D'une certaine manière oui, puisqu'en fait, il y a eu assez peu d'attaques d'une ampleur internationale comme celle du 11-Septembre. On se souvient aussi du 11 mars 2004 à Madrid, du 7 juillet 2005 à Londres, et du 13 novembre 2015 à Paris, qui est le seul attentat avec des méthodes de guérilla, avec celui de Bombay. De ce point de vue-là, il peut y avoir un lien. Il faut aussi rappeler qu'un certain nombre de commanditaires des attentats de Paris sont des Français qui se sont ouverts au jihad juste après les événements de 2001. Donc ça a été une déflagration aussi dans les microcosmes salafo-jihadistes européens. Par exemple le parcours des frères Clain, qui ont revendiqué les attentats du 13-Novembre, a pris un tournant djihadiste juste après ces attentats.

Aujourd'hui qu'est-ce que représente Al-Qaïda, 20 ans plus tard ?

C'est une organisation qui existe encore, qui est diminuée, mais qui n'a pas été détruite. Oussama Ben Laden, son chef et fondateur a été tué il y a 10 ans. Elle a désormais une rivale, Daech, qui la déborde dans l'extrémisme. Et Al-Qaïda se met aussi en rivalité avec le régime des talibans. Les talibans ont en partie changé dans le sens où il y a une nouvelle génération qui est arrivée à maturité. Ils ont changé dans leur communication. Ils ont une forme de pragmatisme, qui est une synthèse entre plasticité idéologique d'Al-Qaïda et une rigidité doctrinale de Daech.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentats du 11 septembre 2001

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.