Cet article date de plus de neuf ans.

De quoi sont accusés les trois nouveaux suspects des attentats de Boston ?

Ces étudiants ont été placés en garde à vue mercredi. Ils auraient aidé Djokhar Tsarnaev lors de sa fuite. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier surveille l'entrée du palais de justice de Boston (Massachusetts), devant les caméras de télévision, le 1er mai 2013.  (DARREN MCCOLLESTER / GETTY IMAGES )

Deux semaines après les attentats de Boston, trois nouveaux suspects ont été placés en garde à vue, mercredi 1er mai. Ils sont accusés d'entrave à la justice et de faux témoignage, comme l'a indiqué le parquet de l'Etat du Massachusetts sur son compte Twitter. Un peu plus tôt, la police de Boston avait annoncé sur ce même réseau social leur interpellation, évoquant pour la première fois depuis le 15 avril des "suspects" autres que les frères Tsarnaev. 

Qui sont les suspects entendus ? 

Le Boston Globe (en anglais) indique que les trois personnes gardées à vue sont des étudiants âgés de 19 ans, liés à l'université de Massachusetts à Dartmouth. Selon la chaîne locale CBS Boston (en anglais), tous sont des amis de Djokhar Tsarnaev, le plus jeune des frères Tsarnaev, suspecté d'être l'auteur des explosions du marathon de Boston et détenu dans une prison médicalisée. 

France 3

Le procureur de Boston a communiqué leur nom dans la journée : il s'agit de Dias Kadyrbayev et Azamat Tazhayakov, originaires du Kazakhstan, et Robel Phillipos, un citoyen américain. Les deux premiers, entrés aux Etats-Unis avec un visa d'étudiant, sont détenus depuis déjà quelques jours par les services de l'immigration pour violation des conditions de leur séjour.

Que leur est-il reproché ? 

Ces trois personnes sont soupçonnées d'avoir épaulé Djokhar Tsarnaev lors de sa fuite. Les deux individus kazakhes sont accusés de complot visant à entraver la justice. Ils auraient cherché à faire disparaître l'ordinateur et le sac à dos de Djokhar Tsarnaev de sa chambre universitaire, alors que l'adolescent avait été identifié par le FBI, a expliqué le procureur de Boston. 

Le troisième homme est lui accusé de fausse déclaration, mais aucun détail n'a été donné sur la teneur de ses propos. Selon NBC News (en anglais), les trois hommes étaient surveillés depuis dix jours par le FBI. Si les enquêteurs ont mis du temps à les arrêter, c'était pour vérifier qu'ils n'avaient pas de contacts avec des islamistes à l'étranger, explique Maryse Burgot, correspondante de France 2 aux Etats-Unis. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentat à Boston

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.