Cet article date de plus d'onze ans.

Une multitude de propositions et d'initiatives sont prévues à l'occasion de la Journée internationale des Femmes mardi

Plaidoyer pour un ministère du Droit de la femme, suggestion d'autorisation de "class actions" en faveur de l'égalité salariale, préconisation de mesures en faveur de l'égalité professionnelle dans la fonction publique, les idées ne manquent pas.Car on est encore loin du compte dans bien des domaines.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Des motardes manifestent à Marseille samedi 6 mars pour les droits des Femmes. (AFP PHOTO/GERARD JULIEN)

Plaidoyer pour un ministère du Droit de la femme, suggestion d'autorisation de "class actions" en faveur de l'égalité salariale, préconisation de mesures en faveur de l'égalité professionnelle dans la fonction publique, les idées ne manquent pas.

Car on est encore loin du compte dans bien des domaines.


Un rapport plaide pour une hausse significative de femmes aux plus hautes fonctions
Selon un rapport remis lundi à Nicolas Sarkozy, on ne compte que 20,3% de femmes aux emplois de direction dans la fonction publique d'Etat, dont 51,7% des employés sont des femmes. Pour la fonction publique territoriale, dont 56,1% des employés sont des femmes, le taux de féminisation des emplois de direction tombe à 18%.

S'agissant des emplois relevant d'une décision du gouvernement, la sous-représentation des femmes est encore plus forte : 19 sur 192 préfets (soit 9,9%) à fin 2008 ou 17 sur 152 ambassadeurs.

Ce même rapport recommande à l'Etat de porter à 40% minimum la proportion de femmes dans les cadres supérieurs de la Fonction publique en 2015.

La député UMP de Seine-Maritime Françoise Guégot souhaite le même objectif minimum de 40% de femmes, mais à l'horizon 2017, pour les postes qui relèvent d'une nomination en conseil des ministres - préfets, ambassadeurs ou directeurs d'administration centrale.

La présidente du Medef pour un ministère du droit de la femme
Dans un entretien au magazine "Elle" publié à quelques jours de la Journée des Femmes, Laurence Parisot plaide pour l'instauration d'un "ministère du Droit de la femme".

Pour la présidente du Medef, qui se dit plus "féministe" que vingt ans auparavant, la re-création d'un vrai ministère dédié aux femmes permettrait de "rappeler inlassablement les grands principes et les grandes idées à promouvoir".

La patronne des patrons y suggère notamment la "modernisation du congé de maternité qui freine trop souvent l'évolution de carrière des femmes ". Cette modernisation pourrait passer par "l'instauration d'un congé paternité obligatoire - pour commencer moins long que celui de la mère - qui permettrait de rétablir un regard plus égalitaire sur les jeunes parents".

Egalité salariale: proposition de "class actions"
La présidente du Conseil d'orientation pour l'emploi (COE), Marie-Claire Carrère-Gée, a proposé lundi que soit autorisées les "actions en nom collectif" ou "class actions" pour faire respecter "l'égalité salariale et professionnelle" entre les hommes et les femmes.

"Malgré un arsenal législatif conséquent, malgré la vigilance des syndicats et associations, malgré de bonnes pratiques chez de très nombreux employeurs, beaucoup de femmes sont victimes de discriminations, à l'embauche, pour leurs salaires, pour leur carrière", affirme en "son nom personnel" la présidente du COE, organisme placé auprès du Premier ministre. (voir une interview de Mme Carrère-Gée sur le site de l'Expansion)

LES RECOMMANDATIONS DE LA HALDE
La Haute autorité de lutte contre les discriminations (La Halde) a publié lundi une série de recommandations contre les discriminations envers les femmes.

Face aux inégalités de salaires (les femmes gagnent en moyenne 27% de moins que les hommes), la Halde souhaite ainsi que soit demandé aux entreprises de publier chaque année des données sur l'évolution des écarts salariaux.

La Halde, qui a enregistré une augmentation des réclamations des femmes pour des discriminations liées à la grossesse et à la maternité (615 en 2010 contre 259 en 2009), recommande "une large campagne de sensibilisation en direction des acteurs économiques afin de modifier la perception de la maternité".

En matière de retraites, elle demande une nouvelle fois que soit pris en compte pour le calcul des pensions les dix meilleurs trimestres et non plus les 25 meilleures années de salaire, pour moins pénaliser les femmes aux carrières discontinues.

Dans le domaine de l'éducation, la Haute autorité plaide pour que les personnels de l'Education nationale soient formés "à la prévention des stéréotypes et des discriminations sexistes". Elle recommande aussi "d'établir un plan d'action afin de mettre un terme à
l'existence des internats non mixtes".

La parité en politique est encore loin
En dépit d'une hausse du nombre de femmes dans les parlements, l'objectif d'avoir une parité entre hommes et femmes en politique est encore loin dans une majorité de pays, a
indiqué lundi l'Union interparlementaire (UIP) dans un rapport.

Fin 2010, près de 19,1% des parlementaires à travers le monde étaient des femmes, un taux jamais atteint auparavant. "C'est une avancée modeste mais significative: la proportion était de 13,1% en 2000 et de 16,3% en 2005" indique l'UIP.

La FAO plaide pour la parité dans l'agriculture
"La parité hommes-femmes n'est pas seulement un noble idéal, elle est également cruciale pour le développement agricole et la sécurité alimentaire", a déclaré lundi le directeur général de la FAO, Jacques Diouf.

"Nous devons promouvoir l'égalité des sexes (...) dans l'agriculture afin de remporter de manière durable la lutte contre la faim et la pauvreté extrême", a-t-il ajouté en remettant le dernier rapport de la FAO sur "la situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture".

"Si les femmes dans les zones rurales avaient le même accès que les hommes à la terre, aux technologies, aux services financiers, à l'instruction et aux marchés, il serait possible d'augmenter la production agricole et de réduire de 100 à 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde", assure la FAO dans son rapport.

Manifestation à Paris samedi dernier
Le collectif Droit des Femmes, qui regroupe associations féministes, syndicats et partis de gauche, a organisé samedi à Paris une marche à laquelle un millier de personnes a participé. Cette marche traditionnelle était dédiée cette année aux femmes de Tunisie et d'Egypte.

"Cette année, notre manifestation est organisée principalement en solidarité avec les révolutions en Tunisie et en Egypte et à l'ébranlement que connaissent des régimes d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient", avait expliqué à l'AFP Maya Surduts, l'une des organisatrices.

Pour Florence Montreynaud, des Chiennes de Garde, présente dans le cortège samedi, "dans toutes les révolutions, les femmes participent, puis elles sont mises de côté, donc il faut les soutenir".

Des centaines de motardes mobilisées à Marseille
A Marseille, quelque 300 motardes se sont rassemblées dimanche après-midi sur le Vieux-Port avant de sillonner la cité phocéenne, pour célébrer avec deux jours d'avance la journée internationale de la femme.

Toutes casquées, arborant parfois rouge à lèvres et chaussures à talons, les motardes, venues seules ou accompagnées, souhaitaient montrer leur "solidarité" en tant que femmes et motardes. L'idée de l'association organisatrice, "Toutes en moto", créée en 2010, est de transmettre "l'image d'une femme qui conduit sa vie, libre, indépendante, affranchie des conventions".

Pour Annie Yahi, 44 ans, co-présidente de "Toutes en moto", "l'objectif de ce rassemblement est de donner une image forte de la femme à l'heure où tant de choses pourraient nous ramener en arrière".

A lire aussi
>> Portraits de femmes remarquables

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.