Cet article date de plus de dix ans.

Un taux de radioactivité supérieur à la normale a été détecté dans des plantations de thé proches de Tokyo

La présence de 570 becquerels de césium par kilogramme a été relevée sur des feuilles de thé cultivées à Minamiashigara, dans la préfecture de Kanagawa, située au sud-ouest de la capitale.La centrale de Fukushima est située à quelque 220 kilomètres au nord-est de Tokyo et à environ 280 kilomètres de Minamiashigara.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'empereur du Japon (à gauche) au chevet des réfugiés de Fukushima (11 mai 2011) (AFP/Shizuo Kambayashi)

La présence de 570 becquerels de césium par kilogramme a été relevée sur des feuilles de thé cultivées à Minamiashigara, dans la préfecture de Kanagawa, située au sud-ouest de la capitale.

La centrale de Fukushima est située à quelque 220 kilomètres au nord-est de Tokyo et à environ 280 kilomètres de Minamiashigara.

La préfecture a suspendu les ventes de thé et demandé le rappel des produits déjà expédiés, bien que le niveau de césium ne soit pas considéré comme dangereux pour les humains. "Nous n'avons pas identifié précisément la source de la contamination, mais nous ne pouvons pas imaginer que ce soit autre chose que Fukushima", a affirmé un responsable.

Le gouvernement japonais a aussi demandé jeudi que des milliers de têtes de bétail se trouvant dans la zone d'exclusion des 20 kilomètres autour de la centrale nucléaire de Fukushima soient abattues, avec le consentement des propriétaires.

Le gouvernement avait dans un premier temps imposé un embargo sur les ventes de plusieurs produits agricoles et laitiers de la préfecture de Fukushima et d'autres préfectures voisines, mais s'est depuis efforcé de mieux cibler les zones touchées afin de ne pas pénaliser l'ensemble des agriculteurs d'une même préfecture.

Tepco, l'exploitant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima -Daiichi, avait déclaré mercredi avoir peut-être décelé une nouvel écoulement d'eau radioactive vers l'océan, émanant cette fois-ci du réacteur n°3. Une fuite au niveau du réacteur n°2 avait déjà provoqué un écoulement d'eau radioactive dans le Pacifique, mais Tepco avait affirmé avoir réussi à la colmater en injectant des substances dans la brèche, après l'accident dû aux séisme et tsunami du 11 mars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.