Cet article date de plus de sept ans.

Un soldat français en Centrafrique arbore un symbole nazi

Une enquête a été ouverte par l'armée française après la diffusion d'une photo d'un soldat français arborant une devise nazie. La photo était publiée... sur la page Facebook de l'armée. Elle a été retirée depuis. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Fred Dufour AFP)

La
photo incriminée montre un soldat participant à l'opération Sangaris en
Centrafrique. Sur son bras, ce soldat arbore un insigne portant une phrase
nazie. "Meine Ehre heisst Treue" (Mon honneur s'appelle fidélité).
Une devise des SS. Le macaron porte également le drapeau tricolore frappé du
chiffre 32, sans doute une référence à la 32e division SS créée à la
toute fin de la Seconde Guerre mondiale.

Cette
photo a été publiée un temps sur la page Facebook des opérations extérieures
des armées selon BFMTV qui révèle l'affaire. L'armée l'a ensuite retirée.

'Un comportement inadmissible

"Une
enquête de commandement a été aussitôt diligentée
", explique Gilles Jaron,
le porte parole de l'état-major expliquant que cet insigne "n'appartient
pas à l'armée
" et qu'il affiche une "idéologie condamnée sans
équivoque
".

"Ce comportement
est inadmissible et ne reflète en rien la réalité de nos armées." (Gilles
Jaron)

L'enquête de
commandement, ordonnée par le Chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard
Guillaud, sera conduite par le commandant de l'opération Sangaris, le général
Francisco Soriano.

Lors de l'opération française
au Mali, en janvier 2013, la photo d'un légionnaire portant un foulard avec une
tête de mort avait suscité l'indignation de l'armée française. Il a depuis
quitté l'armée
et a été condamné à trois ans de prison avec sursis pour être
allé réclamer des médicaments dans une pharmacie avec une kalachnikov
démilitarisée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.