Cet article date de plus de dix ans.

Un soldat français a été tué par un tir accidentel fratricide lundi, ont annoncé les autorités françaises

Il s'agit du 64e soldat français à trouver la mort en Afghanistan, où Paris est engagé depuis 2001.Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l'accident.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Obsèques du 63è soldat français tué en juin 2011 (AFP)

Il s'agit du 64e soldat français à trouver la mort en Afghanistan, où Paris est engagé depuis 2001.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l'accident.

"Aujourd'hui, en début de matinée, en retour de mission, un brigadier du 1er régiment de chasseurs de Thierville (Meuse) a été mortellement blessé par le tir accidentel d'un militaire français, au sud de la région de Tagab", écrit le ministère de la Défense dans un communiqué. "Le militaire, grièvement blessé, a été immédiatement évacué vers l'hôpital militaire de Kaboul où il est décédé des suites de ses blessures", ajoute-t-on.

A l'issue d'une mission de plusieurs jours en Kapisa, "les soldats effectuaient, comme à chaque retour d'opération, les opérations de sécurité sur leur armement. C'est à ce moment-là qu'une rafale d'arme automatique est partie accidentellement", a expliqué le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées.

Clément Kovac, brigadier du 1er régiment de chasseurs de Thierville (Meuse) était né le 19 novembre 1988 à Péronne (Somme). Il était en Afghanistan depuis le 2 juin. Engagé en 2007 dans l'armée blindée, il avait notamment servi en Nouvelle-Calédonie en 2008-2009.

La France a déployé environ 4.000 hommes en Afghanistan essentiellement dans la capitale Kaboul, en Surobi et en Kapisa.

L'Elysée a annoncé un retrait progressif de ses soldats,
dans le sillage du départ des militaires américains annoncé par
le président Barack Obama.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.