Cet article date de plus de sept ans.

Un cinquième soldat français tué au combat au Mali

Ce caporal du 1er régiment d'infanterie de Marine d'Angoulême est mort ce samedi quand son véhicule a explosé en passant sur une mine. Selon l'état-major des armées, trois autres soldats français ont été blessés par l'explosion, dont "deux assez sérieusement". Le chef de l'Etat a adressé à la famille du soldat tué, "et à ses proches ses plus sincères condoléances et le respect de toute la nation."
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Agé de 24 ans, le caporal Alexandre Van Dooren était engagé au Mali depuis le 24 janvier.  "C'est alors qu'il participait à une mission de fouille et de destruction de caches terroristes au sud de Tessalit, dans le massif des Ifoghas " dans le nord du Mali, que son véhicule a explosé "sur un engin ennemi" , précise le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian,  dans un communiqué.

Le lieutenant colonel Patrick Martini qui est le numéro deux du régiment d'infanterie de marine auquel appartenait ce jeune soldat précise qu'il avait déjà effectué trois missions extérieures, qu'il avait un "gros potentiel " et "d'énormes qualités de militaire du rang ". Mais qu'il connaissait les risques de la mission sur ce terrain compliqué du Nord-Mali.

Dans son communiqué, le président de la République "adresse à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances et le respect de toute la nation" . Et il "salue avec émotion la détermination et le courage des forces françaises engagées au Mali dans l'ultime phase, la plus délicate, de leur mission".

Invité de France Info jeudi dernier, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères s'était montré confiant : "Nous sommes en train de gagner la guerre. Il faut aussi gagner la paix".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.