Un aventurier de 72 ans revendique la traversée de l'Atlantique dans un tonneau

Ancien militaire, Jean-Jacques Savin annonce être arrivé en mer des Caraïbes, objectif qu'il s'était fixé avant son départ des Canaries, le 26 décembre dernier. Le tout dans un tonneau de trois mètres de long.

Jean-Jacques Savin avait pour objectif d\'atteindre la mer des Caraïbes.
Jean-Jacques Savin avait pour objectif d'atteindre la mer des Caraïbes. (GEORGES GOBET / AFP)

Encore plus fort que Diogène. Jean-Jacques Savin, 72 ans, qui traverse depuis fin décembre l'Atlantique à bord d'un tonneau, a annoncé que sa traversée était "terminée" et "réussie" après être entré en mer des Caraïbes, samedi 27 avril. C'était en effet l'objectif géographique qu'il s'était fixé pour considérer son exploit achevé. "Après 122 jours et neuf heures, le méridien me positionne dans la mer des Caraïbes. La traversée est terminée. Merci à tous", annonce le septuagénaire par email. Le message est accompagné d'une photo, peu lisible, de son GPS.

"La traversée de l'Atlantique est réussie"

"J'ai traversé le méridien qui me positionne en mer des Caraïbes à 20h00 heure française", précise-t-il dans un message à l'AFP, considérant de fait que "la traversée de l'Atlantique est réussie". Cet aventurier a fait part de son "soulagement" car les vents capricieux ont bien failli compromettre son périple. "J'ai cru par moment que j'arriverai aux Bermudes [plus au nord] et donc la traversée aurait échoué."

Jean-Jacques Savin prend la pose dans le tonneau aménagé, le 15 novembre 2018 à Arès (Gironde), avant sa tentative de traversée de l\'Atlantique.
Jean-Jacques Savin prend la pose dans le tonneau aménagé, le 15 novembre 2018 à Arès (Gironde), avant sa tentative de traversée de l'Atlantique. (GEORGES GOBET / AFP)

Ses péripéties ne sont pas terminées pour autant, puisque Jean-Jacques Savin précise qu'il est "encore éloigné des côtes des Grandes Antilles". Le septuagénaire, qui dérive actuellement vers la Floride, va donc devoir trouver un moyen pour se "faire embarquer et déposer près d'un port". Quand il sera près des côtes, il projette de trouver un cargo qui puisse le prendre en charge avec son tonneau. Il serait conduit dans l'idéal en Martinique où l'attendront sa compagne et ses amis.

Un "compagnon" de trois mètres de long à peine

Ce grand sportif s'était inspiré de l'aventure de son "père spirituel", le navigateur Alain Bombard qui avait en 1952 traversé l'Atlantique en solitaire sur un canot pneumatique. L'ancien militaire s'est lancé à la mer le 26 décembre de l'île d'El Hierro dans les Canaries, pour traverser l'Atlantique mû par la seule force des courants. 

Par goût de l'aventure et amour de la "sensation de liberté", il a pris place dans une embarcation orange, en forme de tonneau. Son "compagnon", comme il l'appelle, a été fabriqué dans un petit chantier naval d'Arès (Gironde). Il mesure à peine trois mètres de long avec un diamètre principal de 2,10 m et un espace de vie de 6m2.

L'aventure, suivie par plus de 23 000 personnes sur la page Facebook TESA (Traversée de l'Atlantique en tonneau) , devrait faire l'objet d'un livre. Jean-Jacques Savin a déjà été invité dans de nombreux festivals de la mer et événements divers, notamment chez le fabricant de tonneaux Boutes, entreprise du sud-ouest, qui le parraine. L'aventurier envisage désormais de traverser la Manche à la nage.