Un attentat suicide contre un convoi de l'Otan mardi a coûté la vie à douze civils et à six soldats étrangers

Parmi eux, cinq soldats américains, rapportent les autorités.L'opération, effectuée à une heure de pointe, a été revendiquée par les taliban qui précisent que le kamikaze était au volant d'une camionnette contenant 750 kg d'explosif. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis septembre 2009 pour les forces étrangères en Afghanistan.

Une victime de l\'attentat suicide à Kaboul, le 18 août 2009
Une victime de l'attentat suicide à Kaboul, le 18 août 2009 (AFP / Pedro Ugarte)

Parmi eux, cinq soldats américains, rapportent les autorités.

L'opération, effectuée à une heure de pointe, a été revendiquée par les taliban qui précisent que le kamikaze était au volant d'une camionnette contenant 750 kg d'explosif. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis septembre 2009 pour les forces étrangères en Afghanistan.

Six soldats italiens avaient alors trouvé la mort à Kaboul.

Outre les 12 civils tués, le ministère de l'intérieur a fait état de 47 blessés. La plupart attendaient un autobus près d'une base militaire, située à proximité d'un ministère et du parlement.

"Cela ne nous détournera pas de notre mission qui consiste à offrir un meilleur avenir à ce pays", assure le général Josef Blotz, porte parole de l'Otan, dans un communiqué.

Le président Hamid Karzaï a condamné cet attentat "dans les termes les plus vifs". S'exprimant lors sa première conférence de presse depuis son retour des Etats-Unis, la semaine dernière, il a émis l'espoir que "l'Afghanistan sorte un jour de tout ça".

Un cordon de sécurité a été mis en place autour du palais Darulaman, édifice abandonné où vivait jadis la famille royale. Des militaires étrangers ont été vus plaçant cinq corps dans des sacs mortuaires. Un véhicule tout terrain, semblable à ceux que l'Otan utilise, a été entièrement détruit par les flammes.

Les taliban ont promis de mener ce mois-ci une offensive contre les représentants du gouvernement et les diplomates étrangers en poste dans la capitale.