Cet article date de plus de douze ans.

Un attentat fait 72 morts près de Kirkouk

Un attentat a ravagé samedi le centre de Taza, près de Kirkouk, au nord de l'Irak, faisant 72 morts
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Après l'attentat meurtrier de Taza, près de Kirkouk, qui a fait des dizaines de morts le 20 juin 2009 (© F3)
Un attentat a ravagé samedi le centre de Taza, près de Kirkouk, au nord de l'Irak, faisant 72 mortsUn attentat a ravagé samedi le centre de Taza, près de Kirkouk, au nord de l'Irak, faisant 72 morts

Plus de 80 maisons ont été détruites par un kamikaze qui a fait exploser un camion bourré d'une tonne d'explosifs dans une rue du centre ville.

L'attentat, à moins de dix jours du retrait américain des villes d'Irak, a été attribué à Al-Qaïda par les autorités locales, et a provoqué la colère des habitants de Taza, ville à majorité turcomane.

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis un an et demi en Irak. Il a fait plus de 200 blessés, selon des sources hospitalières. Dimanche, la défense civile, aidée par des soldats américains, recherchait des survivants dans les décombres des maisons, tandis que les habitants du quartier erraient, tentant de récupérer quelques affaires dans les gravats.

"La plupart des victimes sont des enfants, des personnes âgées ou des femmes sans défense qui représentent une cible facile pour les terroristes", a affirmé à l'AFP le gouverneur de Kirkouk, Abdel Rahman Moustapha. Pour lui, les terroristes "veulent planter les graines de la discorde confessionnelle au sein du peuple irakien". Il a annoncé qu'une commission d'enquête avait été établie.

Les habitants exprimaient des sentiments mêlés de désolation et de rage. "Ce n'est pas la première fois que les Turcomans sont des cibles. Partout à Tal Afar, Touz Khormatou, Daqouq, Amerly, Kirkouk, nous sommes visés", enrageait Hassan Ghaib, qui a perdu son frère, sa belle soeur et trois de leurs enfants.

"Jusqu'à quand pleurera-t-on nos morts. Qui nous protège ? Pourquoi les terroristes s'attaquent à nous ?", a-t-il encore lancé, la voix remplie de colère.

Selon les termes d'un accord de sécurité conclu en novembre 2008 entre l'Irak et les Etats-Unis, les troupes américaines doivent se retirer au plus tard le 30 juin des villes irakiennes, première étape d'un désengagement total prévu fin 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.