Ukraine : la Russie lance des manoeuvres militaires à la frontière

L'armée ukrainienne a lancé, ce jeudi, un assaut sur la ville de Slaviansk, bastion des séparatistes. Au moins cinq pro-russes seraient morts dans les affrontements, annonce le ministère de l'Intérieur ukrainien. Vladimir Poutine parle d'un "crime grave" qui aura des "conséquences". En réponse, l'armée russe a annoncé relancer des manoeuvres militaires à la frontière ukrainienne.

(Gleb Garanich Reuters)

La situation restait toujours aussi tendue, ce jeudi, sur le terrain militaire. L'armée russe a annoncé en début d'après-midi relancer des manoeuvres militaires à la frontière ukrainienne. Le ministre de la Défense a expliqué que c'est une réponse à l'offensive de Kiev dans l'est du pays. "Les exercices prévus par les forces de l'Otan en Pologne et dans les pays baltes ne favorisent pas davantage une
normalisation de la situation entourant l'Ukraine
", a par ailleurs avancé Sergueï Choïgou.

Des blindés ukrainiens ont en effet franchi dans la matinée un barrage tenu par les insurgés dans le nord de Slaviansk, ville aux mains des pro-russes. Des affrontements ont éclaté entre l'armée ukrainienne et des séparatistes, faisant au moins cinq morts dans les rangs des insurgés et un blessé parmi les loyalistes selon les autorités de Kiev. Trois barrages auraient également été détruits.

Des tirs étaient également rapportés dans la ville et un poste de contrôle tenu par les séparatistes était en flamme.

"C'est une opération de répression qui aura des conséquences pour les gens  qui prennent ces décisions, en particulier pour les relations intergouvernementales ", a réagi dans la journée le président russe Vladimir Poutine, sans donner de précisions.

La mairie de Marioupol reprise par les forces ukrainiennes

Les autorités ukrainiennes ont également annoncé qu'un de leur soldat avait été blessé lors d'un assaut des séparatistes la nuit dernière contre une base militaire située à Artemivsk, proche du bastion pro-russe de Slaviansk.

Près de 100 assaillants "ont ouvert le feu avec des armes automatiques, mitrailleuses et ont fait usage de grenades ", a écrit le ministère de la Défense dans un communiqué, précisant que la vie du soldat blessé n'était pas en danger. "Les assaillants ont été repoussés et ont subi d'importantes pertes ", a déclaré de son côté le président par intérim Olexandre Tourtchinov.

Dans le même temps, les forces de l'ordre ukrainiennes ont repris le contrôle de la mairie de Marioupol. Le bâtiment de ce port, situé dans le sud-est du pays et qui compte près de 500.000 habitants, était occupé par les séparatistes depuis le 13 avril. "La mairie est libérée et peut fonctionner normalement ", a encore écrit Arsen Avakov sur sa page Facebook.

Et à ces escarmouches militaires, répondent celles très diplomatiques que se livrent les Etats-Unis, l'Union européenne et la Russie. Ce jeudi, Moscou, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a ainsi accusé les premiers d'avoir tenté de provoquer une révolution en Ukraine et d'utiliser Kiev comme un "pion dans le jeu géopolitique " contre la Russie.

Avions britanniques et bombardiers russes

Une réponse aux déclarations de Barack Obama, lors de son voyage en Asie de l'est. Le président américain a regretté le comportement de la Russie : "Jusqu'ici au moins, nous les avons vus ne respecter ni l'esprit ni la lettre des accords de Genève ", a-t-il déclaré à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre japonnais Shinzo Abe.

A LIRE AUSSI ►►► L'Ukraine sous tension après la mort d'un élu dans l'Est

Ces tensions diplomatiques donnent à la crise ukrainienne des faux airs de guerre froide. Mercredi, rapporte le Times , deux avions militaires britanniques ont décollé pour intercepter des bombardiers russes qui volaient à proximité de l'espace aérien du Royaume-Uni.