Cet article date de plus de huit ans.

Turquie : deux importants syndicats appellent à faire grève lundi

Au lendemain de l'évacuation du parc Gezi, ils veulent dénoncer les violences policières contre les manifestants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Affrontement entre manifestants et forces de l'ordre à Ankara (Turquie), le 16 juin 2013. (ADEM ALTAN / AFP)

Le bras de fer continue en Turquie. Deux des principaux syndicats turcs ont annoncé dimanche 16 juin une grève générale à partir de lundi dans toute la Turquie. Ils veulent ainsi dénoncer les violences policières contre les manifestants opposés au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Les organisations syndicales appellent également à la fin "immédiate" des violences policières.

Cet appel intervient alors que le Premier ministre Erdogan réunissait dimanche des dizaines de milliers de ses partisans à Istanbul. Au même moment, des accrochages ont opposé les forces de l'ordre à des groupes de manifestants tout autour de la place Taksim et du parc Gezi, évacué samedi soir. A la tribune, le Premier ministre a déclaré qu'il était de son "devoir" de "nettoyer" la place Taksim d'Istanbul. "J'ai dit que nous étions arrivés à la fin. Que c'était devenu insupportable", a-t-il déclaré. 

Manifestations des partisans de l'AKP, le parti du Premier ministre Erdogan à Istanbul (Turquie), le 16 juin 2013.  (KAYHAN OZER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Recep Tayyip Erdogan, dont le parti islamo-conservateur est arrivé au pouvoir en 2002, a également défendu l'action de la police turque et donné rendez-vous aux contestataires aux élections municipales de mars 2014. "Si vous ne voulez plus nous voir au pouvoir, la solution est toute trouvée : les élections", a-t-il lancé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Contestation en Turquie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.