Cet article date de plus de cinq ans.

LA PHOTO. Un coup d'Etat manqué en Turquie

Le Premier ministre turc a annoncé le 16 juillet 2016, l’échec de la tentative de putsch qui a secoué le pouvoir. Le président Reccep Tayyip Erdogan a de son côté demandé à ses partisans de rester dans les rues pour faire face à toute «nouvelle flambée». Le coup d’Etat avorté a fait au moins 265 morts et plus de 1400 blessés.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Ils ont répondu à l'appel du président. Comme ici sur le pont du Bosphore à Istanbul, des dizaines de milliers de personnes ont bravé les rebelles en grimpant sur les chars, déployés dans les rues. Une réaction à la loi martiale proclamée peu avant minuit par un communiqué des «forces armés turques». Pour le pouvoir, la situation est «entièrement sous contrôle» au lendemain d'une nuit particulièrement violente. Très critiqué ces dernières années pour ces dérives autoritaires, Reccep Tayyip Erdogan se place désormais en garant de la démocratie.  (AFP/Bulent KILIC )
Les Turcs dans la rue Ils ont répondu à l'appel du président. Comme ici sur le pont du Bosphore à Istanbul, des dizaines de milliers de personnes ont bravé les rebelles en grimpant sur les chars, déployés dans les rues. Une réaction à la loi martiale proclamée peu avant minuit par un communiqué des «forces armés turques». Pour le pouvoir, la situation est «entièrement sous contrôle» au lendemain d'une nuit particulièrement violente. Très critiqué ces dernières années pour ces dérives autoritaires, Reccep Tayyip Erdogan se place désormais en garant de la démocratie. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Turquie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.