Deux observateurs internationaux interdits de visite en Turquie à quelques jours des élections

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a déploré que des membres de la mission d'observation aient été empêchés d'entrer en Turquie au motif de leurs "opinions politiques publiquement exprimées".

Les bulletins de vote pour les élections législatives et présidentielle en Turquie, à Ankara, le 21 juin 2018.
Les bulletins de vote pour les élections législatives et présidentielle en Turquie, à Ankara, le 21 juin 2018. (EVRIM AYDIN / ANADOLU AGENCY)

Ils devaient vérifier la bonne tenue des élections générales de dimanche. Deux députés allemand et suédois ont déclaré, jeudi 21 juin, s'être vu refuser par Ankara l'entrée en Turquie.

Le député allemand Andrej Hunko, du parti de la gauche radicale Die Linke, devait participer à la surveillance des scrutins législatifs et présidentiels pour le compte de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Mais alors qu'il s'apprêtait à s'envoler depuis Vienne, le représentant turc de l'OSCE a informé l'organisation que l'entrée sur le territoire turc ne lui serait pas accordée, a indiqué le député allemand.

Une demande de levée de l'interdiction d'entrée

Le député suédois Vert Jabar Amin, déjà arrivé à l'aéroport d'Istanbul, s'est vu opposer, jeudi, le même refus par les autorités turques. Il a expliqué n'avoir pas été informé des raisons de son interdiction d'entrée en Turquie mais les services turcs lui auraient dit qu'ils essayaient de le remettre dans le prochain avion pour Stockholm.

Selon une lettre consultée par l'AFP, l'OSCE a fait état de sa "déception", déplorant que ces membres de la mission d'observation aient été empêchés d'entrer en Turquie au motif de leurs "opinions politiques publiquement exprimées".

De son côté, le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré être "en contact avec la Turquie", conjointement avec l'OSCE, afin de demander "une levée de l'interdiction d'entrée" visant le député allemand.