Cet article date de plus de cinq ans.

Turquie : une "purge assez impressionnante" après le coup d'Etat manqué

Le coup d'Etat meurtrier avorté en Turquie dans la nuit de vendredi à samedi laisse désormais la place à une purge "assez impressionnante", selon Jean Marcou, professeur à Sciences Po Grenoble et spécialiste de la Turquie contemporaine. 8000 policiers ont été limogés, 6000 militaires et magistrats placés en détention provisoire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des soldats suspectés d'être impliqués dans la tentative de coup d'Etat en Turquie arrêtés par les policiers © Tolga Adanali/AP/SIPA)

Spécialiste de la Turquie contemporaine, le professeur Jean Marcou s'attendait à une répression de la part du gouvernement mais pas à ce point.  Il juge que la purge est "assez impressionnante," car elle est beaucoup plus large en touchant "des magistrats". "Ce qui est l'équivalent de notre conseil de la magistrature a prononcé la mise à pied de près de 3.000 magistrats qui ont été emprisonnés. On observe l'arrestation de deux juges de la cour du Conseil constitutionnel, de nombreux juges du Conseil d'Etat, et également de la Cour de cassation."

"Ce coup d'Etat débouche sur une sorte d'unanimité suspecte" - Jean Marcou

La stratégie du président de la République Recep Tayyip Erdogan ressemble davantage à une vengeance. Pour le spécialiste de la Turquie contemporaine, "on sent qu'Erdogan, notamment dans la magistrature, est en train de se débarrasser des personnes qui l'avaient gêné ces dernières années. Ce coup d'Etat débouche sur une sorte d'unanimité assez suspecte puisque les partis d'opposition ont appelé au respect de l'ordre constitutionnel."

A LIRE AUSSI ►►► 6000 personnes arrêtées, Erdogan veut éliminer "le virus"

Concernant la modalité du coup d'Etat, celui-ci paraît avoir été mal préparé. Pour Jean Marcou, "ce coup d'Etat est très diffèrent des autres car c'est celui d'une fraction de l'armée. On a vu apparaître, d'une certaine manière, une armée divisée, un peu comme peut l'être la société turque. Ce coup d'Etat a été probablement précipité. On note un certain nombre d'improvisations qui explique cet effet assez rapide."

"Une répression beaucoup plus large" qu'attendue pour Jean Marcou, professeur et spécialitse de la Turquie contemporaine
écouter

La tentative d'Etat a fait officiellement au moins 290 morts, dont plus de 100 putschistes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.