Tunisie : sept ans de prison pour deux policiers jugés pour viol

En 2012, l'affaire avait fait scandale. Deux policiers avaient violé une jeune femme pendant qu'un troisième cherchait à extorquer de l'argent à son petit ami. Ils n'ont été condamnés qu'à sept ans de prison. Meriem espérait la peine capitale pour ses violeurs Elle devrait faire appel.

(Zoubeir Souissi Reuters)

Le verdict est tombé tard hier soir. Une simple inscription au greffe du tribunal de Tunis comme le prévoit la procédure. Meriem était rentrée chez elle à la fin de l'audience. C'est nous, alors que nous souhaitions avoir son sentiment, qui lui avons appris la nouvelle. La jeune femme de 29 ans, au téléphone, s'est effondrée en demandant qu'on lui répète le verdict. "Sept ans de prison, ce n'est pas suffisant" criait-elle en larmes, s'éloignant du combiné. 

Sept ans, alors que les deux policiers qui l'ont violé ce soir de septembre 2012, risquaient la prison à perpétuité. Le troisième qui avait soutiré de l'argent au fiancé de Meriem a été condamné lui à deux ans. Des verdicts trop cléments pour les avocats de la jeune femme dont la militante Radhia Nasraoui :

"C'est quand même scandaleux. Ça prouve que la dignité de la femme n'a aucun sens pour les magistrats". 

Lors de l'audience, les avocats des policiers ont invoqué l'islam et laissé entendre que Meriem, 27 ans à l'époque, n'était plus vierge et pourtant non mariée, une fille légère donc qui se trouvait tard dans la nuit dans une voiture avec son fiancé. Meriem une fois de plus à pleurer lors de l'audience en réclamant justice auprès du juge. Elle nous avait confié la semaine dernière qu'elle espérait la peine capitale pour ses violeurs même si elle n'est plus pratiquée en Tunisie. Elle devrait faire appel.