Cet article date de plus de dix ans.

Trois morts et plusieurs dizaines de milliers de manifestants en Syrie

Au lendemain de l'instauration d'un cessez-le-feu très fragile, l'opposition syrienne appelait à de vastes rassemblements aujourd'hui contre le régime de Bachar al-Assad. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, trois manifestants ont été abattus par les forces de sécurité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'OSDH parle déjà de plusieurs dizaines de milliers de manifestants à travers tout le pays. Un succès pour l'opposition syrienne, alors que le pays vit le deuxième jour d'un fragile cessez-le-feu imposé par l'ONU. Le plan de l'émissaire international Kofi Annan prévoyait ainsi, outre la fin des violences, le retrait de l'armée des villes et "le droit de manifester pacifiquement" .

Un droit qui visiblement n'a pas duré très longtemps. Dans la ville de Hama d'abord, un premier manifestant aurait été tué par des tirs des forces de sécurité sur la foule. Deux autres ont été abattus à Salqine (nord-ouest du pays) et Nawa (sud).

"Sortez de votre silence ou taisez-vous à jamais"

C'est le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, qui avait appelé à manifester massivement. Le ministère de l'Intérieur avait immédiatement réaffirmé que tout personne souhaitant manifester devait auparavant en demander l'autorisation officielle.

"Vous qui hésitez, sortez de votre silence ou taisez-vous à jamais" , lance une vidéo publiée sur Facebook pour inciter la population à se mobiliser. Pour le CNS, la mobilisation est aussi une occasion de tester la réaction du régime.

Le cessez-le feu est entré en vigueur hier à 5h du matin, heure française. Dès ce matin, le pouvoir et l'opposition armée signalaient tous deux des violations et de nouveaux combats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.