Cet article date de plus de huit ans.

Trafic de Subutex : 17 ans de prison pour une Française sur l'île Maurice

Une jeune Française, âgée de 19 ans, a été condamnée par la Cour suprême mauricienne à 17 ans de prison pour avoir importé de France plus de 6.000 cachets de Subutex, un substitut à la drogue très prisé sur l'île Maurice. Plusieurs Français, accusés de s'être livrés à un tel trafic, sont également détenus sur l'île de l'océan Indien.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Le 23 mars 2012, Déborah Dangla, 19 ans, descend d'avion à Plaisance, sur l'Île Maurice. Elle est aussitôt arrêtée par la police mauricienne, qui trouve dans ses bagages 6.090 comprimés de Subutex. Ce vendredi, elle a été condamnée à 17 ans de prison et 100.000 roupies (2.500 euros) d'amende par la Cour suprême du pays.

Le Subutex est un médicament servant de substitut à la drogue. Prescrit sur ordonnance en France, il est formellement interdit sur l'île Maurice. C'est le stupéfiant le plus consommé sur cette île de l'océan Indien. Son trafic peut y être puni par des peines allant jusqu'à 40 ans de prison.

Trois autres Françaises détenues

La jeune femme, originaire des Hauts-de-Seine, a déclaré s'être fait piéger par des gens de son quartier. Elle pensait transporter des médicaments. "Nous sommes totalement abasourdis par cette décision d'une injustice profonde. Ma petite-fille est victime de trafiquants notoires qui circulent et dealent librement en toute impunité", a déclaré la grand-mère de la jeune fille. Son avocat dénonce une "peine éminemment disproportionnée".

"Je n'arrivais même pas à trouver mes mots pour la réconforter" (Rebecca Dangla, la maman de Déborah)  
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.