Syrie : jusqu'à 1 000 soldats américains vont quitter le nord du pays

Le chef du Pentagone a évoqué une "situation intenable" pour des troupes qui "peuvent se retrouver prises en étau" entre les Kurdes et les Turcs.

Des soldats américains à Tal Abyad (Syrie), le 8 septembre 2019.
Des soldats américains à Tal Abyad (Syrie), le 8 septembre 2019. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

C'est la quasi totalité des forces dans le pays. Le chef du Pentagone Mark Esper a annoncé, dimanche 13 octobre, le retrait de jusqu'à 1 000 soldats américains du nord de la Syrie. Il a évoqué une "situation intenable" pour des troupes qui "peuvent se retrouver prises en étau" entre les Kurdes et les Turcs. "C'est une situation vraiment dramatique là-bas. Une situation provoquée par les Turques, par le président Erdogan", a lancé le ministre américain.

Des "guerres sans fin"

"Nous n'avons pas abandonné les Kurdes", s'est-il défendu, alors que les critiques de la communauté internationale pleuvent. De son côté, le président américain a justifié sur Twitter sa stratégie de mettre un terme à la participation des Etats-Unis dans des "guerres sans fin". "Les Kurdes et la Turquie se battent depuis des années", a-t-il écrit. "D'autres voudront peut-être venir se battre pour un camp ou l'autre. Laissez-les !", a lancé le locataire de la Maison Blanche, promettant néanmoins de "surveiller la situation de près".