La surenchère dans l'horreur des vidéos de Daech

Dimanche 16 novembre, le groupe Etat islamique diffusait la vidéo de la décapitation de l’otage américain Peter Kassig. La propagande par la vidéo, et son canal de diffusion internet, est un axe central de la stratégie de l’Etat islamique. Dans une interview accordée à nos confrères de France 2, Abdelasiem El Difraoui, professeur à Sciences Po Paris, revient sur cette stratégie.

Abdelasiem El Difraoui lors de l\'interview du 18 novembre 2014.
Abdelasiem El Difraoui lors de l'interview du 18 novembre 2014. (Hervé Pozzo/Geopolis)
Dès janvier 2013, dans son ouvrage Al-Qaïda par l’image, Abdelasiem El Difraoui analysait «la propagande du djihad global» mise en place à l’époque par le seul al-Qaïda. L’auteur met en avant le rôle de la production audiovisuelle, véritable colonne vertébrale du prosélytisme djihadiste.

Aujourd’hui, avec les productions de Daech, on assiste à une surenchère dans l’horreur. La vidéo sert à la fois à terroriser l'adversaire potentiel, à inspirer la soumission et bien sûr à favoriser le recrutement des futurs djihadistes



L'internet est aussi facteur de lien. Il crée une communauté du djihad qui brise l'isolement que peut connaître le candidat au martyre. Ainsi, on remarque que le djihadiste n'est pas forcément issu d'un milieu musulman. Il peut être catholique ou athé. Venu de Bretagne ou de Normandie. Grace au web, il acquiert les codes et les modes, prêt à rejoindre les rangs des combattants.

 

 
La fascination qu'exercent ces vidéos chez certains jeunes est par moment paradoxale. Ce public finalement dans la «norme», publiant des «lolcats» et autres, se laisse séduire par une ultra-violence, une brutalité digne des jeux vidéos les plus sanglants. Ces jeunes ne semblent plus faire la part de ce qui est réel et de ce qui relève de la fiction.