Cet article date de plus de huit ans.

Syrie: "oui mais" de Washington et Paris à la proposition russe

Les Etats-Unis et la France ont réagi ce lundi à la proposition russe de placer sous contrôle international l'arsenal d'armes chimiques de la Syrie. Si Washington dit accueillir favorablement cette idée, le scepticisme reste fort. En France, Laurent Fabius a estimé la proposition acceptable à "au moins trois conditions".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Susan Walsh Reuters)

Les Etats-Unis préfèrent encore rester prudents, mais la proposition russe de placer sous contrôle les armes chimiques syriennes pourrait changer la donne. Barack Obama a jugé lundi cette offre "potentiellement positive ", mais "nous nous devons d'être sceptiques ", a ajouté le président américain, précisant que sa préférence avait toujours été la solution diplomatique. Pour Hillary Clinton, cela constituerait une étape "importante" . Mais l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a également prévenu que cela ne pouvait pas être une "nouvelle excuse pour un délai ou une obstruction" .

Son successeur, John Kerry, a lui ajouté que l'administration américaine n'allait pas ralentir ses efforts pour tenter d'obtenir du Congrès un feu vert à une action militaire en Syrie, malgré ses déclarations contraires plus tôt ce lundi.

Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale, avait auparavant assuré que son pays était prêt à discuter avec la Russie pour déterminer si leur proposition de placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle était digne de foi. Ben Rhodes a toutefois prévenu sur la chaîne MSNBC que Washington ne relâcherait pas pour autant la pression sur Damas et se méfiait d'une tactique destinée à retarder l'échéance de frappes contre le régime Assad.

De son côté, la porte-parole adjointe du département d'Etat, Marie Harf, a estimé que "tout ce qu'Assad a fait ces deux dernières années a été exactement le contraire" d'une mise sous contrôle de son arsenal chimique. Elle aussi a fait part du "scepticisme" des Etats-Unis, tout en estimant que toute initiative visant à contrôler les armes chimiques du gouvernement Assad représenterait "une mesure positive" .

Les trois conditions de Laurent Fabius

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a jugé la proposition russe acceptable à "au moins trois conditions" : "Bachar al-Assad doit laisser détruire son arsenal chimique" ; "il faut une résolution contraignante du conseil de sécurité de l'Onu" ; et enfin, il demande à ce que "les responsable de l'attaque chimique du 21 août [soient] punis et que la Cour pénale internationale soit saisie" .

  • "Depuis le début, la France s'est fixée deux buts: la sanction et la dissuasion. C'est pourquoi nous demandons maintenant des engagements précis, rapides et vérifiables de la part du régime syrien"* , conclut Laurent Fabius.

    Un peu plus tôt, le président de l'Assemblée nationale a lui aussi demandé "la destruction immédiate de ces armes chimiques" . A l'issue d'un entretien avec le président de la République, il s'est réjouit du "fait que la Russie reconnaisse l'existence de stocks d'armes chimiques" en Syrie était "un premier pas" .

Proposition intéressante pour Merkel

Angela Merkel a également réagi en fin de soirée ce lundi. La chancelière allemande a jugé la proposition russe "intéressante" tout en espérant que "les actes suivent" et qu'il ne s'agisse "pas que de gagner du temps".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.