Cet article date de plus de six ans.

Sony piraté : quelles possibilités de riposte pour les Etats-Unis ?

Barack Obama, qui a contesté la décision de Sony d'annuler la sortie du film "L'interview qui tue!", a aussi promis de punir la Corée du Nord pour le piratage massif du studio de cinéma. Reste à savoir comment?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Que peut faire Barack Obama face à Kim Jong-Un?  © REUTERS `| Kevin Lamarque - KCNA)

 "Nous répondrons de manière proportionnée, et nous répondrons en temps et lieu voulu " a déclaré Barack Obama ce vendredi soir. Une façon de se laisser le temps de la réflexion. Car la Corée du Nord n'est pas un pays facile à sanctionner. Pas question de répliquer par des frappes aériennes à la cyber-attaque d'un studio de cinéma. Ce ne serait pas "proportionné" pour reprendre le terme du président américain. Et personne n'oublie que l'imprévisible leader nord-coréen Kim Jong-Un dispose de la frappe nucléaire.

A LIRE AUSSI ►►► Piratage de Sony : pourquoi le FBI accuse la Corée du Nord Autre donnée à prendre en compte : la Corée du Nord n'est pas la Russie. Son économie moribonde est purement étatique, elle n'a aucune lien avec les marchés étrangers. Des sanctions comme celles qui fragilisent Moscou actuellement n'auraient aucun effet.

"Je suis sûr qu'ils étudient des options de répliques secrètes en gardant en tête qu'on ne veut pas lancer un conflit armé sur la péninsule coréenne" a déclaré James Lewis, expert en cyber-conflits du centre de réflexion CSIS. Pour le sénateur républicain John McCain, ce piratage est un "acte de guerre". Il a déclenché des appels pour instaurer des sanctions contre la Corée du Nord et désigner à nouveau le pays comme un Etat terroriste. C'est l'ex-président américain George W. Bush qui avait retiré la Corée du Nord de cette liste avec l'espoir de faire avancer les discussions sur les menaces de déploiement d'armes nucléaires de Pyongyang.   

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.