G7 à Biarritz : "Il ne faut pas exagérer l'impact que cela aura sur les activités de la ville", selon le maire

Michel Veunac, maire MoDem de Biarritz, relativise lundi sur franceinfo les éventuelles nuisances causées par la tenue du G7 dans la ville, redoutées par certains habitants. Il dément notamment tout "état de siège" et "camp retranché", alors qu'une partie de la commune sera inaccessible à la population.

Michel Veunac, à Biarritz, le 9 décembre 2013.
Michel Veunac, à Biarritz, le 9 décembre 2013. (GAIZKA IROZ / AFP)

Le sommet du G7 se tient à Biarritz du 24 au 26 août. Une partie de la ville sera inaccessible à la population durant le sommet. Cette décision fait grincer des dents beaucoup d'habitants et de commerçants. "Il ne faut pas exagérer l'impact que cela aura sur les activités de la ville", déclare lundi 19 août sur franceinfo Michel Veunac, maire MoDem de Biarritz.

franceinfo : Certains considèrent ce G7 comme un fléau. Qu'en pensez-vous ?

Michel Veunac : C'est totalement exagéré. J'entends parler d'état de siège, de camp retranché. Jusqu'à vendredi prochain, Biarritz vit normalement. Depuis le 1er août nous avons eu une fréquentation record à Biarritz. Le 15 août au soir, il y avait 120 000 personnes pour la Nuit féérique. Donc Biarritz vit normalement, des fenêtres de mon bureau je vois la ville qui vit normalement. Donc, bienvenue au G7 et cela se passera pendant 4 jours à partir de vendredi. Il ne faut pas exagérer l'impact que cela aura sur les activités de la ville et il faut regarder ce que cela amène, la formidable fenêtre médiatique pour Biarritz et les retombées économiques puisqu'une grande partie de ce que consomme le G7 sera sous-traitée par des sociétés biarrottes.

Quelles vont être ces retombées ?

Il y a des commerçants qui se félicitent de la venue du G7, d'autant plus que dans l'avant G7 ils ont pu apprécier la présence des délégations, des journalistes. Donc, il y a déjà eu toute une activité commerciale qui a existé et qui a permis de faire des affaires intéressantes. Les autres retombées sont les prestations de services par des entreprises locales pour le G7, l'application que nous avons mise en place et qui permettra d'être en relation avec tous les commerces et d'avoir des ristournes. Nous avons fait en sorte de minimiser les inconvénients. Ne dramatisons pas une situation, tout est prêt pour accueillir le G7 avec fierté et calme.

Craignez-vous des violences en marge du sommet ?

Je n'en crains pas vraiment parce que je sais tous les efforts qui ont été faits par les services d'ordre pour faire en sorte que ces évènements ne se produisent pas, c'est-à-dire contenir les violents, les casseurs qui n'auront pas accès à Biarritz et aux villes liées à Biarritz. En ce qui concerne le contre-sommet, il est naturel que ceux qui ne sont pas d'accord avec la présence du G7 ou le contenu puissent s'exprimer. Ils le pourront et des efforts particuliers ont été faits pour que ce contre-sommet se déroule dans de bonnes conditions.

Allez-vous examiner des dossiers pour d'éventuelles indemnisations ?

Je le ferai, j'examinerai au cas par cas tous les dossiers qu'on me présentera où des gens me montreront qu'il y a eu un impact négatif sur leur activité.