Espionnage américain : l'auteur des fuites, Edward Snowden, a demandé l'asile politique à la Russie

L'ex-informaticien de la NSA (Natinal Security Agency), qui a révélé le système d'espionnage américain mis en place dans de nombreux pays, est toujours dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou.

Dans la zone de transit où se trouverait Edward Snowden, à l\'aéroport de Moscou, le 26 juin 2013.
Dans la zone de transit où se trouverait Edward Snowden, à l'aéroport de Moscou, le 26 juin 2013. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

Edward Snowden va-t-il rester en Russie ? L'ex-consultant de la NSA, l'agence américaine chargée des écoutes téléphoniques, a demandé l'asile dans le pays, a annoncé un responsable des services consulaires russes lundi 1er juillet. Celui qui a révélé le système d'espionnage américain mis en place dans de nombreux pays, est toujours bloqué dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou.

"Dimanceh à 22h30, la citoyenne britannique Sarah Harrison s'est présentée au service consulaire à l'aéroport de Cheremetievo et a transmis une demande d'asile politique de Snowden" en Russie, a déclaré à l'AFP Kim Chevtchenko.

La Russie "ne livre jamais personne"

Un peu plus tôt dans la journée, le président russe, Vladimir Poutine, a précisé que son pays "ne livrait jamais personne". Il a ajouté qu'Edward Snowden pouvait rester s'il arrêtait "son travail visant à nuire à nos partenaires américains". Depuis ses révélations sur le vaste système d'espionnage d'Internet mis au point par les Etats-Unis, Washington réclame son extradition et l'a inculpé d'espionnage.

Jusqu'alors, la Russie, qui n'a pas d'accord d'extradition avec les Etats-Unis, a affirmé ne rien avoir à lui reprocher, arguant en outre qu'il n'avait pas réellement franchi sa frontière, à savoir le contrôle des passeports.

De son côté, l'Equateur, auquel il a demandé l'asile politique, a réagi par la voix de son président, Rafael Correa. "Mon opinion est que la demande au gouvernement russe pourrait régler définitivement la situation de Monsieur Snowden", a-t-il estimé, avant de rappeler que son pays ne pouvait pas instruire la demande d'asile parce que l'Américain ne se trouve pas sur son territoire.