Shanghai se mobilise pour lutter contre la montée des eaux

L’objectif de la COP 21 est de trouver un accord pour limiter à deux degrés le réchauffement climatique par rapport à l'ère préindustrielle. Mais, malgré cette limitation, certaines villes auront les pieds dans l’eau. C’est le cas de Shanghai dont la priorité est de se protéger contre cette augmentation.

(D'ici à 2050, le niveau de la mer à Shanghai pourrait augmenter de 10 à 20 cm © Climate Central)

Avec deux degrés supplémentaires, plusieurs métropoles auront quoiqu'il en soit les pieds dans l'eau, soulignent des chercheurs américains dans un rapport publié le 8 novembre. C'est le cas de Sidney, Bombay et même de Shanghai. Dans la capitale économique de la Chine, qui compte 24 millions d'habitants, se protéger de la montée des eaux est devenue une priorité.

Si le niveau des eaux continue à monter, dans 50 ans ou plus, l'eau passera par-dessus les digues qui protègent la ville. Il faudra alors évacuer les habitants. Un scénario catastrophe que Zhang Zhenyu veut éviter. Le directeur adjoint du centre de contrôle des inondations à Shanghai sait que théoriquement, avec un réchauffement planétaire de deux degrés, les fiertés de la ville – l'avenue coloniale du Bund, et les gratte-ciels de Lujiazui – auront les pieds dans l'eau. 

Des mesures préventives

Ces dix dernières années, Shanghai a donc investi plus de cinq milliards d'euros pour se protéger. "D'ici à 2050, le niveau de la mer à Shanghai aura augmenté de 10 à 20 cm. On a donc construit un mur sur toute la côte qui peut résister aux vagues et à un vent de force 12. On a aussi installé des digues le long du fleuve Huangpu qui traverse la ville, afin de contenir les crues, " explique Zhang Zhenyu, le directeur adjoint du centre de contrôle des inondations à Shanghai.

La mégalopole est aussi placée sous surveillance rapprochée. 1.000 caméras sont installées dans les endroits à risque et transmettent en direct leurs images au centre de contrôle des inondations. Les orages et les typhons sont de plus en plus fréquents à Shanghai. En une heure, il peut tomber plus de 100 millimètres de pluie. En cas de typhon, les trois grands opérateurs téléphoniques envoient des sms d'alerte, avec des conseils de sécurité.

Une ville qui s’enfonce

L'autre problème de Shanghai, c'est que parallèlement à la montée des eaux, la ville s'affaisse. En un siècle, elle a perdu près de trois mètres, fragilisée par l'assèchement des marécages sur lesquelles elle est assise. L'extraction de l'eau souterraine a été interdite en 2013. Depuis la ville se maintient.

Shanghai ne devrait pas se retrouver submergée de sitôt, mais pour en être sûre, la municipalité prévoit de construire une nouvelle digue, amovible, afin de contrôler la quantité d'eau qui entre et sort de la ville. Cette ultime protection verra le jour au plus tard en 2024.

Shanghai se mobilise pour lutter contre la montée des eaux. Le reportage de Delphine Sureau
--'--
--'--