"Un gros instrument de lobbying" : Moscou crée une "Organisation africaine pour la russophonie" pour développer son influence sur le continent

En même temps que la guerre en Ukraine, les Russes poursuivent leurs actions d'influence en Afrique. Depuis quelques semaines est apparue une nouvelle institution, l'Organisation africaine pour la russophonie, où il n’est pas seulement question de promouvoir la langue de Tolstoï.
Article rédigé par
Jean-Sébastien Soldaïni - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Manifestation de soutien à la Russie à Bangui (Centrafrique), le 5 mars 2022 (illustration). (CAROL VALADE / AFP)

L'Organisation africaine pour la russophonie a été discrètement créée il y a quelques semaines à Bangui, la capitale de la Centrafrique. Le site internet Russophonie Afrique la présente comme une simple association pour aider à étudier en Russie, obtenir des visas ou faire des affaires. Mais Frédéric Lejal, spécialiste de l'Afrique et ancien rédacteur en chef de La Lettre du Continent, considère que Moscou franchit là un nouveau seuil d'influence.

Et la langue n'est qu'un prétexte. "Ça va être un réseau d’hommes d’affaires, d’hommes politiques qui vont se rencontrer, qui vont échanger et ça va créer une sorte de toile pour que Moscou puisse étendre son influence dans le financement privé ou dans le financement public, prédit-il. Je vois ça comme un gros instrument de lobbying pour faire du business, pour approcher différents chefs d’État."

"Pour moi, c’est un centre névralgique de l’influence et du réseau de la Russie en Afrique."

Frédéric Lejal, ancien rédacteur en chef de "La Lettre du Continent"

à franceinfo

L'idée est aussi bien sûr de grignoter l'influence française dans la région. En juillet dernier, Emmanuel Macron avait fait une tournée africaine, simultanément à celle effectuée par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Entre la Russie et la France, il y a d'abord l'affrontement sur le terrain sécuritaire. Alors que la France retire peu à peu ses soldats du Mali, la Russie gagne, elle, du terrain. Elle a des coopérations militaires avec une vingtaine de pays sur le continent. Et avec le conflit en Ukraine, cette guerre d'influence se joue aussi sur le terrain commercial et alimentaire.

>> "À bas la France", "Vive Poutine et la Russie" : ces slogans qui se multiplient dans les pays du Sahel

Les Russes ont donc placé à la tête de l'organisation, Émile Parfait Simb. Qualifié de fleuron du "soft power russe" par le magazine Jeune Afrique, Émile Parfait Simb est un entrepreneur controversé, dont la société opère dans les cryptomonnaies ou dans l'aviation, et également conseiller du président de l’Assemblée nationale en Centrafrique. Il est suspecté d'escroquerie aux États-Unis, au Canada et au Cameroun. C’est un  proche du groupe Wagner et de toutes les personnalités africaines qui manifestent la moindre sympathie pour Moscou.

Sur le plan économique, la Russie pèse toujours deux fois moins que la France en Afrique. Un deuxième sommet Russie/Afrique doit se tenir cette année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.