Cet article date de plus de deux ans.

Russie : le champagne français contraint d'être renommé "vin mousseux"

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Russie : le champagne français contraint d'être renommé "vin mousseux" -
Russie : le champagne français contraint d'être renommé "vin mousseux" Russie : le champagne français contraint d'être renommé "vin mousseux" - (France 3)
Article rédigé par France 3 - Luc Lacroix, O.Poncelet, L.Lacroix, P.Acheré, S.Lacombe, France 3 Reims
France Télévisions
France 3

Les grandes maisons de champagne en France sont furieuses contre Moscou : la Russie rétrograde le champagne français en "vin pétillant", alors qu'il s'agit d'une appellation protégée. Les exploitants devront changer leurs étiquettes pour continuer à exporter. Ils demandent à Bruxelles et à Paris de faire pression sur Vladimir Poutine.

Une nouvelle loi russe réserve l'appellation "champagne" écrite en cyrillique aux seuls vins produits en Russie et oblige les producteurs français de champagne à apposer une contre-étiquette qui mentionne "vin mousseux" ou "vin pétillant". "Nous serons désormais dans la même catégorie que tous les autres vins du monde (...) et scandale ultime, les vins russes, eux, auront le droit d'utiliser le terme "champagne ruse", déplore Charles Goemaere, directeur général du Comité Champagne.

Une clientèle qui ne s'y trompe pas

Vladimir Poutine veut-il favoriser la production locale par ce décret ? Selon un distributeur russe de champagne, les clientèles de champagne français et russes ne sont pas les mêmes, et les consommateurs qui ont les moyens d'acheter du vrai champagne sont suffisamment informés. Après avoir annoncé une suspension des livraisons vers la Russie, les producteurs de champagne prévoient d'expédier à nouveau prochainement leurs caisses de vin, le temps de respecter la nouvelle réglementation. "Est-ce que la Russie cherche à pénaliser les viticulteurs français au titre d'une sorte de diplomatie du champagne pour faire pression sur la France, avec qui les relations sont mauvaises en ce moment, c'est là toute la question", lance le journaliste Luc Lacroix depuis la Russie pour le 19/20 de France 3, lundi 5 juillet. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.