Russie : Alexeï Navalny, le principal opposant à Vladimir Poutine, de nouveau arrêté

Les autorités ont justifié cette interpellation par une procédure lancée après une manifestation en janvier.

L\'opposant russe Alexeï Navalny lors d\'une manifestation à Moscou, le 30 avril 2018.
L'opposant russe Alexeï Navalny lors d'une manifestation à Moscou, le 30 avril 2018. (TATYANA MAKEYEVA / REUTERS)

L'opposant numéro un au pouvoir russe, Alexeï Navalny, a été interpellé devant son domicile, samedi 25 août, a annoncé sa porte-parole Kira Iarmych sur Twitter. Il devrait être jugé lundi et rester en détention d'ici là.

"Navalny a été arrêté par cinq policiers de l'OMON [la police anti-émeute] alors même qu'il quittait Moscou pour rendre visite à sa famille", a écrit Kira Iarmych, précisant que son téléphone portable avait été saisi. 

Il prévoyait des "annonces intéressantes"

Cette interpellation a eu lieu "sous prétexte de procédures dans le cadre du dossier ouvert à la suite de la manifestation du 28 janvier", à laquelle l'opposant avait appelé pour boycotter l'élection présidentielle, a-t-elle précisé.

Mais aux yeux de cette porte-parole d'Alexeï Navalny, cette interpellation a en réalité eu lieu "dans le but unique de lui causer des problèmes avant la manifestation du 9 septembre". Il a l'intention d'organiser à cette date des rassemblements dans plusieurs villes russes contre le projet de réforme du système de retraites. Quelques heures avant son arrestation, l'opposant avait annoncé des "annonces intéressantes" dans une émission qui serait diffusée en direct sur les réseaux sociaux à 13 heures (heure locale). C'est vers cette heure-là qu'il a été interpellé.

Le projet d'augmenter l'âge de départ à la retraîte, soutenu par le président Vladimir Poutine, recontre une opposition importante en Russie. Une pétition en ligne demandant l'annulation de la réforme a recueilli 2,9 millions de signatures.

Navalny légèrement blessé

A la suite de son interpellation, Alexeï Navalny a été brièvement hospitalisé avant d'être de nouveau emmené au poste, a déclaré sa porte-parole : "On lui aurait cassé le petit doigt lors de l'interpellation".

Déclaré inéligible à l'élection présidentielle qui a eu lieu en mars dernier, Alexeï Navalny multiplie les manifestations depuis. Le 15 juin, il avait déjà été arrêté pour l'organisation de l'une d'elles, deux jours avant l'investiture de Vladimir Poutine, et pour avoir désobéi aux forces de l'ordre. Il avait passé 30 jours en détention.