La Russie entraîne ses cadets au combat

Après le démantèlement de l’URSS en 1991, les enseignements militarisés et patriotiques dans les écoles russes n’avaient plus lieu d’être. Mais l’arrivée au pouvoir en 1999 de Vladimir Poutine a remis au premier plan les valeurs patriotiques. En pleine expansion, les corps de cadets (écoles militaires) trouvent un nouveau souffle.

Pour accueillir les nouveaux élèves, il existe aujourd’hui toutes sortes d’établissements, de l’école classique à l’internat. Les corps de cadets sont eux-mêmes extrêmement variés (cosaques, diplomatiques, musicaux…).
 
Comme tous les établissements scolaires, ces écoles ont pour vocation de donner des bases intellectuelles et culturelles à leurs élèves. Mais elles doivent également fournir une éducation physique de qualité et développer le sens moral des cadets. Car ceux-ci devront servir la patrie dans le domaine civil ou militaire.
 
Si certaines de ces écoles ont subi ces dernières années des réformes en profondeur, voulant ressembler aux internats d’élite anglais (plus d’excellence pédagogique moins de côtés militaires), beaucoup d’autres continuent d’appliquer à la lettre leur slogan : «La vie, la mère-patrie et l’honneur pour tout le monde.»
 
Le photographe Eduard Korniyenko a suivi pendant deux jours en avril 2014, la vie de seize cadets de l’école de Stavropol, dans le sud-est de la Russie. Il les a accompagnés dans leur quotidien lors d’une escapade pour un exercice tactique dans le village de Sengileyevskoye, à environ une trentaine de kilomètres de l’école.
 
Vingt photos illustrent ce propos.
120
REUTERS / Eduard Korniyenko
220
REUTERS / Eduard Korniyenko
320
REUTERS / Eduard Korniyenko
420
REUTERS / Eduard Korniyenko
520
REUTERS / Eduard Korniyenko
620
REUTERS / Eduard Korniyenko
720
REUTERS / Eduard Korniyenko
820
REUTERS / Eduard Korniyenko
920
REUTERS / Eduard Korniyenko
1020
REUTERS / Eduard Korniyenko
1120
REUTERS / Eduard Korniyenko
1220
REUTERS / Eduard Korniyenko
1320
REUTERS / Eduard Korniyenko
1420
REUTERS / Eduard Korniyenko
1520
REUTERS / Eduard Korniyenko
1620
REUTERS / Eduard Korniyenko
1720
REUTERS / Eduard Korniyenko
1820
REUTERS / Eduard Korniyenko
1920
REUTERS / Eduard Korniyenko
2020
REUTERS / Eduard Korniyenko