L'opposition à Poutine s'essouffle

Un an après le début du troisième mandat de Vladimir Poutine, l'opposition russe est exangue. Les manifestations organisées pour marquer cette date ont attirées très peu de monde. Le fruit d'une répression de plus en plus sévère, mais aussi de l'usure d'un mouvement anti Poutine qui ne fédère plus les Russes.

Manifestation à Moscou le 5 mai pour protester contre le 3ème mandat de V Poutine.
Manifestation à Moscou le 5 mai pour protester contre le 3ème mandat de V Poutine. (AFP)

Il y a tout juste un an, l'opposition russe appelait à dénoncer le troisième mandat de Vladimir Poutine. Un mandat obtenu grace à un tour de passe-passe pour contourner la constitution qui n'autorise pas plus de deux mandats consécutifs. Après avoir remis le pouvoir à Dimitri Medvedev pendant quatre ans, Poutine revenait au Kremlin.

La manifestation de 2012 fut violemment réprimée et 28 personnes sont encore l'objet de poursuites selon l'opposition. Mais cette fois, la ferveur a sensiblement baissé. Entre 8 et 15000 personnes sont venues place Bolotnaïa, à Moscou. La veille, comme le montre le reportage de l'AFP, ils n'étaient qu'un petit millier.

Voir la vidéo

 

Lundi, Alexeï Navalny, l'opposant le plus en vu, a bien pris la parole. Il a  juré de ne rien céder et fait scander par la foule «La Russie sera libre !», mais clairement le pouvoir de Poutine est bien en place.
 
D'une part, en raison d'une répression constante. partis politiques interdits, lois plus sévères en matière de diffamation, inculpation d'opposants sur des affaires de corruption comme dans le cas de Navalni.
D'autre part, l'opposition semble de moins en moins crédible. Philippe Migault chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) déclare sur le site de France 24:«Le problème de l’opposition est qu’elle est en décrépitude plus qu’elle n’est réprimée. Cela s’explique par sa division profonde, il n’y a aucun mouvement unitaire.»
 
Vladimir Poutine, lui, poursuit son chemin.Dans trois ans il pourra briguer un quatrième mandat ...