Dix-huit morts dans le crash d'un hélicoptère en Sibérie après une collision avec un autre appareil

L'hélicoptère se dirigeait vers une plate-forme pétrolière avec trois membres d'équipage et 15 passagers.

Un hélicoptère Mi-8 dans le territoire de Khabarovsk, en Russie, le 21 mars 2018.
Un hélicoptère Mi-8 dans le territoire de Khabarovsk, en Russie, le 21 mars 2018. (IGOR ONUCHIN / SPUTNIK / AFP)

Un hélicoptère russe avec 18 personnes à son bord, trois membres d'équipage et 15 passagers, est entré en collision avec un autre hélicoptère, samedi 4 août au matin, au dessus d'un important gisement d'hydrocarbures situé dans le nord de la Sibérie. L'appareil s'est ensuite écrasé, tuant la totalité des personnes à son bord, a annoncé le ministère des Transports à Moscou.

L'hélicoptère Mi-8, qui se dirigeait vers une plate-forme pétrolière est entré en collision peu après son décollage avec une machine transportée par l'autre appareil, a précisé le ministère. Le second hélicoptère a pu ensuite se poser sans problème.

La cause de l'accident encore inconnue

"Le premier à décoller a été l'hélicoptère sans passagers, également un Mi-8, muni d'un équipement de transport externe. Ensuite, l'appareil avec les passagers, des travailleurs qui allaient prendre leur service, a décollé", a expliqué le ministère dans un communiqué.

"Selon les premières informations, ce deuxième appareil, pour des raisons inconnues, est entré en collision avec l'équipement de transport de matériel du premier. Il est alors tombé et a pris feu", a-t-il ajouté.

Une enquête est ouverte

L'hélicoptère appartenait à la compagnie nationale russe Utair, qui a précisé que l'accident avait eu lieu à 2h43 (4h43 en France) au décollage de la station principale de Vankor, dans le district de Tourouhansk. L'hélicoptère datait de 2010 et le pilote, âgé d'une trentaine d'années, totalisait près de 6 000 heures de vol dont plus de 2 000 comme commandant de bord, a encore indiqué la compagnie.

Le ministère des Transports a annoncé qu'une commission d'enquête avait été créée, mais une enquête criminelle a également été ouverte.

Les accidents aériens, impliquant le plus souvent des hélicoptères, sont fréquents en Sibérie et dans l'Extrême-Orient russe. Un autre hélicoptère Mi-8 s'était déjà écrasé sans laisser de survivants, le 11 avril, lors d'un vol d'entraînement à Khabarovsk, une ville de 600 000 habitants située à plus de 6 000 km à l'est de Moscou.