Auschwitz: passe d'armes entre Moscou et Varsovie, en toile de fond l'Ukraine

27 janvier 1945: les troupes soviétiques découvrent et libèrent le camp d'extermination d'Auschwitz. 70 ans plus tard, les propos du ministre des Affaires étrangères polonais sur cette libération créent un froid entre la Russie et la Pologne. En toile de fond, l'actuel conflit en Ukraine.

Entrée du camp d\'Auschwitz en 1945. Le camp a été libéré par les troupes soviétiques le 27 janvier 1945.
Entrée du camp d'Auschwitz en 1945. Le camp a été libéré par les troupes soviétiques le 27 janvier 1945. (AFP)
L'incident est né des propos du ministre polonais des Affaires étrangères. Grzegorz Schetyna a déclaré que les libérateurs du camp d'extermination d'Auschwitz en 1945 étaient les Ukrainiens. Moscou a immédiatement réagi en dénonçant «l'hystérie antirusse» à Varsovie et affirmant qu'il fallait «cesser de se moquer de l'Histoire». 

La Russie a précisé que «ce camp fut libéré par l'Armée Rouge qui ne comprenait pas de troupes formées selon le principe ethnique», selon les termes de l'agence Novosti. 

L'agence cite par ailleurs les propos du président de la commission des Affaires internationales de la Douma, Alexeï Pouchkov. «Les dirigeants de l'APCE (Assemblée parlementaire du  Conseil de l'Europe) ont sapé leur réputation en omettant de rappeler aujourd'hui qui étaient ceux qui ont libéré les prisonniers d'Auschwitz. Mme Merkel a eu le courage de le faire», a écrit le parlementaire dans son compte Twitter, selon Novosti qui ajoute: «Dans un discours prononcé lors de la cérémonie de commémoration des personnes ayant trouvé la mort dans le camp de concentration d'Auschwitz, la chancelière allemande a rappelé le rôle des soldats soviétiques dans la libération du camp.»  

Absence de Poutine
Cette polémique a lieu alors que le président Poutine ne participera pas aux cérémonies des 70 ans de la libération du camp. Varsovie (Auschwitz est situé en Pologne) a expliqué cette absence en indiquant que «toutes les ambassades ont été informées au sujet des commémorations et les invitations étaient ouvertes», a-t-il dit sur la station privée Radio Zet. Il  appartenait à chaque pays de décider du niveau de sa délégation, a-t-il expliqué.

Un député européen allemand socialiste, Knut Fleckenstein, a regretté cette absence et a affirmé: «Je pense qu'il n'a pas été invité en raison de la situation militaire en Ukraine. Les personnes responsables des invitations devaient s'être dit: "Celui qui se comporte de la sorte à l'égard des Etats voisins n'est pas digne d'assister à la cérémonie d'hommage." Personnellement, j'aurais pris une autre décision et je regrette que M.Poutine ne soit pas venu», a déclaré le parlementaire européen sur les ondes d'Inforadio. 

(Au Mémorial de la Shoah, une exposition retrace la façon dont les Soviétiques ont filmé la libération des camps et des massacres commis par les nazis à l'est (Babi Yar, Rostov, Krasnodar, Kertch...).