Russie : la justice valide le refus d'enquêter sur l'empoisonnement d'Alexeï Navalny

L'opposant russe s'est vu refusé lundi sa demande concernant une enquête sur son empoisonnement en aout dernier. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'opposant russe Alexeï Navalny, lors d'un procès à Moscou, jeudi 5 février 2020.  (HANDOUT / MOSCOW'S BABUSHKINSKY DISTRICT / AFP)

Niet ! Un tribunal militaire de Moscou a rejeté lundi 22 mars une plainte d'Alexeï Navalny, qui accusait d'"inaction" les enquêteurs ayant refusé de lancer des investigations après l'empoisonnement de l'opposant en Sibérie l'année dernière. Une porte-parole du 235e tribunal militaire de garnison de Moscou a confirmé à l'AFP que la demande du principal détracteur du Kremlin, qui purge actuellement une peine de deux ans et demi de camp pénitentiaire, avait été rejetée.

Alexei Navalny n'était pas présent à l'audience et a refusé d'y prendre part par visioconférence depuis le camp pénitentiaire de Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou, où il est détenu. Condamné à deux ans et demi de prison pour une affaire de fraude datant de 2014 qu'il dénonce comme politique, il est visé par de multiples autres procédures judiciaires.

Il a accusé les services de sécurité russes, le FSB, d'être à l'origine de son empoisonnement, sur ordre du Kremlin. La Russie a toujours balayé les appels occidentaux à une enquête, estimant au gré des versions qu'Alexeï Navalny n'a pas été empoisonné, mettant en cause des services secrets étrangers ou même l'hygiène de vie de l'opposant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.