Union européenne : la Grande-Bretagne prête à claquer la porte

Le Premier ministre britannique a posé plusieurs conditions pour que son pays ne quitte pas l'Europe. Mais ses exigences irritent les dirigeants européens.

FRANCE 3

Dans quelques mois, les Britanniques seront soumis à un référendum sur une possible sortie de leur pays de l'Union européenne. Ce mardi 10 novembre, leur Premier ministre a posé ses conditions en optant pour un ton offensif.

David Cameron demande aux dirigeants européens "un accord clair" qui garantisse la souveraineté de la Grande-Bretagne face à l'Europe. "Le Royaume-uni ne veut pas avoir les mains liées par une Union politique qui ira contre sa volonté et précipite notre pays vers les Etats-Unis d'Europe", ajoute-t-il face à la caméra de France 3.

Une exigence discriminatoire ?

Le Premier ministre exige que la zone euro n'impose pas ses règles aux nations ayant conservé leur monnaie et que le pouvoir des Parlements nationaux soit renforcé. Il demande aussi un contrôle plus strict de l'immigration de citoyens de l'UE.

Margatitis Schinas, porte-parole de la Commission européenne, lui apporte une réponse claire : "Certaines demandes sont vraiment problématiques car touchant aux libertés fondamentales de notre marché intérieur. La discrimination directe entre citoyens européens entre clairement dans cette catégorie". La chancelière Angela Merkel se dit tout de même confiante sur l'issue des discussions.

Le JT
Les autres sujets du JT
David Cameron au Royaume-Uni, le 12 avril 2015.
David Cameron au Royaume-Uni, le 12 avril 2015. (KIRSTY WIGGLESWORTH / AFP)