Services publics : Londres renationalise !

Après une société ferroviaire, c'est une prison que l'État vient de reprendre en main.

Voir la vidéo

Dans les années 1980, le Royaume-Uni de Margaret Thatcher privatisait à tour de bras les chemins de fer, l'exploitation du gaz et de l'électricité... Mais ces dernières années, le royaume a entamé le mouvement inverse, en renationalisant des services qui avaient été laissés au secteur privé. 

C'est le cas de la prison de Birmingham, 1 550 détenus, réputée être la plus violente d'Angleterre. Il y a 7 ans, cette prison est aussi devenue la première enceinte pénitentiaire privée du pays, gérée par une entreprise de sécurité. Mais en août 2018, lors d'une visite, un inspecteur du ministère de la Justice n'en croit pas ses yeux : émeutes, gardiens dépassés et terrorisés, hygiène désastreuse. Il demande à l'État de reprendre le contrôle de la prison en urgence et de la nationaliser.

Les trois quarts des Britanniques y sont favorables

Il ne s'agit pas d'un cas isolé. Cette année, le gouvernement britannique a procédé à plusieurs nationalisations, y compris dans les chemins de fer. La ligne qui relie Londres à Édimbourg (Ecosse), considérée comme peu rentable, a vu l'entreprise privée qui la gérait se désengagé. L'État a dû reprendre le flambeau.

Sous la direction de son leader, Jeremy Corbyn, l’opposition travailliste appelle désormais à renationaliser les compagnies d’eau, d’électricité, de gaz et de trains. Une promesse qui trouve un écho dans la population : les trois-quarts des Britanniques y sont favorables.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un drapeau britannique, près de l\'entrée de la prison de Birmingham (Royaume-Uni), le 17 décembre 2016.
Un drapeau britannique, près de l'entrée de la prison de Birmingham (Royaume-Uni), le 17 décembre 2016. (OLI SCARFF / AFP)