Royaume-Uni : la police de Londres critiquée pour le nombre "inquiétant" de fouilles à nu sur des mineurs

Dans 23% des cas, la fouille a eu lieu sans la présence d'un adulte tiers, comme c'est pourtant requis par la loi (sauf urgence).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des agents de la police de Londres (Royaume-Uni) devant l'hôpital King Edward VII, le 21 février 2021. (DAVID CLIFF / NURPHOTO / AFP)

La commissaire à l'enfance pour l'Angleterre a exprimé, lundi 8 août, son inquiétude devant l'ampleur du recours par la police de Londres aux fouilles à nu sur des mineurs. Elle a fait état d'environ 650 cas en deux ans, majoritairement sur des adolescents noirs âgés de 10 à 17 ans. Plus de 95% étaient des garçons. Dans 23% des cas, la fouille a eu lieu sans la présence d'un adulte tiers, comme c'est pourtant requis par la loi (sauf urgence).

Après l'émoi créé par la fouille intégrale infligée en 2020 à une adolescente noire de 15 ans, la "Children's Commissioner" Rachel de Souza, chargée de défendre les droits des enfants, a demandé à Scotland Yard les statistiques à ce sujet. Plus de la moitié de ces 650 fouilles n'ont débouché sur aucune poursuite, conduisant la commissaire à l'enfance à penser qu'elles ne sont peut-être ni "justifiées ni nécessaires dans tous les cas".

Rachel de Souza s'est ainsi dite "profondément choquée" par le nombre d'enfants qui sont soumis "chaque année à cette pratique intrusive et traumatisante". En réponse, la police de Londres a indiqué qu'elle "progressait rapidement dans ses travaux" pour que "les enfants qui font l'objet de ces pratiques intrusives soient traités de manière appropriée et respectueuse".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.