Les hôpitaux français attirent de plus en plus les patients anglais

Face à un système de santé à bout de souffle en Grande-Bretagne, les Britanniques sont de plus en plus nombreux à se faire soigner dans les hôpitaux du nord de la France, par exemple à Calais (Pas-de-Calais).

Voir la vidéo
France 2

De plus en plus de patients britanniques traversent la Manche pour se faire soigner en France. "Nos hôpitaux sont tellement débordés que je dois attendre deux ans pour me faire soigner", explique une Anglaise, venue pour une opération de la vésicule. Elle s'est rendue à l'hôpital de Calais (Pas-de-Calais) où elle n'a besoin que d'un passeport et un numéro de la sécurité sociale anglais. En Grande-Bretagne, le système de santé est à bout de souffle. Faute de places, 55 000 interventions ont été annulées cet hiver. Alors la sécurité sociale britannique en appelle aux hôpitaux du nord de la France.

Un million d'euros de recettes supplémentaires

Après une consultation avec un chirurgien, cette patiente obtient un rendez-vous pour son opération dans trois semaines. À Calais, seuls 70% des lits sont occupés. Le directeur espère augmenter les revenus de l'hôpital avec les patients britanniques. "Nous comptons avoir à peu près un million d'euros de recettes supplémentaires", affirme Martin Trelcat, directeur du centre hospitalier de Calais. Les patients anglais ne déboursent rien. Les frais sont directement pris en charge par la sécurité sociale britannique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux brancards dans les couloirs du centre hospitalier régional universitaire de Lille (Nord), le 12 octobre 2014.
Deux brancards dans les couloirs du centre hospitalier régional universitaire de Lille (Nord), le 12 octobre 2014. (MAXPPP)