Afghanistan : les coordonnées personnelles d'interprètes afghans abandonnées à l'ambassade britannique à Kaboul

Un journaliste du "Times" a découvert sur place les "noms, adresses et numéros de téléphone" d'Afghans ayant aidé les Occidentaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Afghans, cherchant à quitter le pays, font la queue devant les ambassades britannique et canadienne à Kaboul (Afghanistan), le 19 août 2021. (WAKIL KOHSAR / AFP)

Le gouvernement britannique a reconnu vendredi 27 août avoir commis une erreur lors de l'évacuation de son ambassade à Kaboul, après qu'un journaliste du Times (article payant) y a trouvé par terre les informations personnelles de plusieurs employés afghans potentiellement en danger de représailles. Alors qu'il accompagnait une patrouille de talibans, le journaliste a trouvé, près "des cendres d'un barbecue, dans une cour de l'ambassade" les "noms, adresses et numéros de téléphone" d'employés afghans, mais aussi de candidats précisant avoir déjà travaillé pour des forces occidentales, détaille le quotidien britannique.

Contactées par le Times grâce à leurs coordonnées trouvées par terre mi-août, certaines personnes avaient depuis été évacuées du pays, mais au moins "trois employés afghans et huit personnes de leur famille, dont cinq enfants" étaient toujours bloqués à l'extérieur de l'aéroport chargé des départs. Elles ont depuis été retrouvées et évacuées, mais le sort de deux candidats reste encore inconnu.

"On n'a pas été assez bon", reconnaît le ministre de la Défense

Le ministère britannique des Affaires étrangères a reconnu avoir commis une erreur, même s'il assure avoir "travaillé sans relâche pour assurer la sécurité de ceux qui travaillaient pour [lui]". "Pendant le retrait de notre ambassade, tous les efforts ont été faits pour détruire le matériel sensible", a assuré un porte-parole.

"Nous allons faire toute la lumière sur cette affaire, a promis le ministre de la Défense Ben Wallace. Il est clair qu'on n'a pas été assez bon, c'est aussi simple que cela." La commission parlementaire en charge des Affaires étrangères a annoncé lancer une enquête.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.